Dernières nouvelles

La MHE évolue peu

Huit nouveaux foyers ont été enregistrés entre les 10 et 16 mai.

À la date du 16 mai 2024, 4 306 foyers de maladie hémorragique épizootique (MHE) avaient été recensés en France dans des élevages, selon le ministère de l’agriculture (4 298 foyers étaient dénombrés au 10 mai). Ces foyers concernent toujours 20 départements : Pyrénées-Atlantiques, Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne, Gers, Landes, Ariège, Aude, Tarn, Lot-et-Garonne, Gironde, Tarn-et-Garonne, Dordogne, Corrèze, Vendée, Deux-Sèvres, Loire-Atlantique, Lot, Haute-Vienne, Morbihan et Pyrénées-Orientales.

Les premiers foyers de MHE ont été déclarés en France en septembre 2023 dans des élevages de bovins du Sud-Ouest, rappelle le ministère de l’agriculture. « Cette maladie infectieuse due à un virus est transmise exclusivement par des moucherons du genre Culicoïdes, les mêmes que ceux de la fièvre catarrhale ovine (FCO). La détection de foyers de MHE entraîne des mesures de lutte et de prévention spécifiques dans un rayon de 150 km autour des foyers. »

Des contaminations anciennes ?

« Compte tenu des faibles abondances de Culicoïdes et d’un comportement actif de recherche d’hôte supposé limité par les températures fraîches, les populations actuellement présentes ne participent vraisemblablement pas à la diffusion du virus », estime la Plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA) dans son rapport hebdomadaire du 30 avril. « Les nouveaux foyers détectés correspondent donc à des contaminations/infections d’élevages remontant très probablement à 2023 que la sensibilité des méthodes d’analyse détecte plusieurs mois après. » Ce qui peut expliquer que « le périmètre de la zone régulée se maintient depuis le 7 décembre 2023. »

« Une étude est engagée dans des élevages infectés pour consolider les données de mortalité et de morbidité. Les soins mis en œuvre permettent dans la quasi-totalité des cas une guérison des animaux malades en quelques jours », réaffirme le ministère de l’agriculture dans son point de situation du 10 mai.

BC

Crédit carte : GDS France

Lisez également

L’art de l’adaptation

Éleveur bio dans les Ardennes, Bruno Faucheron s’appuie sur l’herbe pour nourrir 100 (+/- 20) vaches selon la valeur et le volume des fourrages de l’année.