La santé des agriculteurs à la loupe

Les agriculteurs, hommes et femmes, sont en meilleure santé que la moyenne de la population bien que certains cancers les affectent davantage : mélanome de la peau, myélome, lymphomes, prostate… 

La cohorte AgriCan (agriculture & cancer) a suivi 180 000 personnes affiliées à la MSA depuis 2005 dans onze départements (1) : des hommes et des femmes, des salariés et des chefs d’exploitation, des retraités et des actifs. Son 3e bulletin vient d’être publié, après ceux de 2011 et 2015. Sur la période de suivi, entre 2005 et la fin d’année 2015, 18 616 nouveaux diagnostics de cancers ont été enregistrés parmi les participants de la cohorte AgriCan (chez 6 590 femmes et 12 026 hommes).

Les insecticides sur bovins suspects

Parmi les 43 types de cancers observés, 23 n’ont pas présenté de différence de fréquence avec la population générale, 14 sont survenus moins fréquemment et 6 plus fréquemment : le mélanome de la peau chez les femmes (+29% de risque) ; le myélome multiple chez les hommes (+20%) et chez les femmes (+21%) ; le cancer des lèvres chez les hommes (+55%) ; l’ensemble des lymphomes chez les hommes (+9%) ; le lymphome plasmocytaire/maladie de Waldenström (+49% chez les hommes, +58% chez les femmes) ; le cancer de la prostate : +3% de risque mais +20% « chez les personnes utilisant des insecticides sur bovins, augmentant avec le nombre de bovins traités (+60% chez ceux traitant plus de 150 bovins) mais semblant concerner davantage des traitements réalisés dans les années 1960. »

Moins de tabac, plus de suicides

« Toutes causes confondues, les hommes et les femmes de la cohorte ont une mortalité inférieure de 25% à celle de la population générale (…) Cet état de santé des membres de la cohorte, globalement meilleur que celui de la population générale des départements concernés, s’explique d’une part par un tabagisme nettement moindre que dans la population générale et, d’autre part, par un phénomène décrit par les épidémiologistes sous le terme “d’effet du travailleur sain”. Brièvement, cela signifie que les cohortes de travailleurs n’incluent pas les personnes dont l’état de santé est trop précaire et incompatible avec une activité professionnelle. »

La moindre mortalité observée en milieu agricole vaut pour la plupart des causes de décès, hormis certaines maladies digestives autres que l’ulcère de l’estomac ou la cirrhose (+27% chez les hommes, +29% chez les femmes), l’arthrite rhumatoïde et l’ostéoarthrite (+14% chez les hommes) et le suicide (+14% chez les hommes, +46% chez les femmes, avec un risque deux fois plus élevé chez les non-salariés : +29% chez les hommes, +105% chez les femmes).

BC

(1) Côte-d’Or, Doubs, Gironde, Isère, Loire-Atlantique, Manche, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Somme, Tarn, Vendée

Lisez également

Sécheresse et prairies : peut faire mieux

L’indemnisation des sécheresses sur prairies en 2019 et 2020 n’a satisfait personne. Un rapport formule …