Le crédit d’impôt pour soutenir la bio

La FNSEA propose de porter de 3 500 à 5 000 € le montant du crédit d’impôt dédié à l’agriculture biologique.

« Dans un contexte inédit, les agriculteurs bio doivent faire face à de nouvelles difficultés. Certaines filières bio, comme le lait ou les œufs, connaissent des déséquilibres de marchés importants entre l’offre et la demande, notamment en raison de ventes qui s’essoufflent. Dans le même temps, toutes les filières bio sont frappées par la hausse des charges sans précédent (alimentation animale, énergie, matériel…) que rencontre globalement le secteur agricole. C’est la preuve, s’il en était besoin, que la production biologique n’échappe pas à la logique économique ! », écrit la FNSEA dans un communiqué du 29 octobre.

« Dans le cadre de la prochaine Pac, le Gouvernement a fixé des objectifs très ambitieux de développement de l’agriculture biologique : 18 % de la SAU en 2027 contre 9,5 % aujourd’hui. Accompagner la conversion est certes indispensable, mais le développement de l’offre doit impérativement rester en cohérence avec le développement de la demande ! »

40 % des recettes issues de la bio

« Face à ces évolutions, la FNSEA se positionne en faveur d’un accompagnement durable et responsable de la production biologique. A cet égard, une augmentation significative du crédit d’impôt apparait comme la mesure la mieux adaptée pour épauler les producteurs engagés dans ce mode de production. Le crédit d’impôt permet en effet d’apporter un soutien sans distorsion entre les producteurs, les filières ou les régions. La FNSEA porte ainsi un amendement, dans le cadre du projet de loi de finances pour 2022, visant à augmenter le montant du crédit d’impôt dédié à l’agriculture biologique, actuellement de 3 500 euros, à 5 000 euros, lequel bénéficie aux exploitants lorsqu’au moins 40 % de leurs recettes agricoles sont issues de l’agriculture biologique. »

« Par cet amendement, la FNSEA souhaite renforcer l’accompagnement des agriculteurs engagés en bio en défendant une approche économique de l’agriculture biologique, basée avant tout sur une juste rémunération des agriculteurs, en cohérence totale avec l’application de la Loi EGAlim », conclut le communiqué.

BC

A télécharger : RSE et agroécologie (CGAAER, sept. 2021)

Lisez également

Joz rachète Fullwood Milking

La société néerlandaise Joz, spécialiste du traitement des fumiers et lisiers et autres équipements d’alimentation, …