« Le monde à l’envers »

« Le Nord attend la pluie, le Sud attend l’éclaircie », résume l’Institut de l’élevage (Idele).

« Le mois de mai a été plutôt doux mais la pluie a été répartie de manière très hétérogène sur le territoire : si le nord de la France est resté sec, le sud a quant à lui été très arrosé », constate Avenirs Prairies (Idele) dans sa note agro-climatique du 16 juin. « Par conséquent, la pousse de l’herbe a nettement freiné sur le nord mais les conditions météo ont été idéales pour faire des foins de qualité en quantité alors que le sud de la France a été pénalisé par des pluies excessives qui ont retardé les travaux de fenaison pour des récoltes de qualité médiocre ».

« Le mois de mai a alterné les périodes douces et plus fraîches, se plaçant au global légèrement au-dessus de la moyenne des 30 dernières années. En moyenne sur l’ensemble du pays et du mois de mai, le cumul des précipitations est déficitaire de 20 % par rapport aux valeurs de saison mais cette moyenne cache de grandes disparités entre le nord et le sud de la France : si le nord a connu un déficit pluviométrique de 40 à 60 %, les cumuls ont atteint une à deux fois la normale dans le sud à cause d’orages parfois violents. La moitié nord de la France attend maintenant le retour des pluies pour réamorcer la pousse de l’herbe sur les parcelles fauchées tandis que le sud guette la moindre fenêtre pour les récoltes et les semis. »

BC

A lire également : Les prairies toujours généreuses (31 mai 2023)

A télécharger :

Bulletin de situation hydrogéologique (BRGM, 14 juin 2023)

Bulletin national de situation hydrologique (Eaufrance, 12 juin 2023)

Lisez également

Que d’eau ! Que d’eau !

La pluie complique la mise à l’herbe tandis que la pousse accélère.