Le veau de boucherie doit se méfier

La certification environnementale de niveau 2 ne garantit pas d’obtenir des aides Pac supplémentaires, alerte la FNB.

La Fédération nationale bovine (FNB) informe les producteurs de veaux de boucherie « qui sont contactés par leur entreprise concernant la certification environnementale qu’il n’y a aucune garantie pour un niveau 2 d’obtenir des aides Pac supplémentaires. Par ailleurs, poursuit le syndicat dans un communiqué du 18 octobre, l’intégralité des coûts liés à cette certification environnementale est supportée par l’éleveur. Il est donc indispensable de négocier les prestations auprès des intégrateurs si vous êtes certifiés ou futurs certifiés, car n’oublions pas que ce sont les éleveurs qui supportent les exigences environnementales ainsi que les coûts de certification et que cette certification représente une opportunité d’ouverture de marché très importante pour les entreprises de l’aval, qui doivent donc assurer un retour de valeur ».

« La certification environnementale de niveau 2 (CE2) correspond au respect par les éleveurs de 16 exigences réparties dans 4 thématiques (biodiversité, stratégie phytosanitaire, gestion de la fertilisation et gestion de la ressource en eau). La certification niveau 2 peut s’obtenir soit de manière individuelle, soit dans un cadre collectif, soit via la reconnaissance d’équivalence d’une démarche préexistante. Jusqu’au 31 décembre 2026, ce niveau de certification environnementale permet aux entreprises d’accéder aux marchés de la restauration collective qui doit respecter, selon la Loi Climat et résilience, 50% de produits « durables » dans ses approvisionnements. Cela représente une opportunité de débouchés supplémentaires dans un contexte actuel particulièrement compliqué pour la filière, et la FNB soutient cette opportunité pour les entreprises, de mieux valoriser la viande de veau, pour permettre un retour de valeur aux éleveurs. »

HVE = niveau 3

« La certification environnementale de niveau 3 (HVE, ou Haute Valeur Environnementale) est fondée sur une obligation de résultats, avec un minimum de 10 points à atteindre dans les 4 thématiques précitées. Cette certification est propre à l’exploitation agricole et à la production issue de cette exploitation, et elle appartient à l’agriculteur : c’est à lui de choisir s’il souhaite ou non rentrer dans la démarche. Rappelons que, dans le cadre d’une certification individuelle, c’est l’exploitant qui supporte les coûts de certification mais aussi les éventuels coûts liés aux différentes mesures mises en place pour permettre à l’exploitation d’être qualifiée de « Haute Valeur Environnementale ». La certification HVE vient d’être révisée et les exigences ont été durcies, donc les coûts induits peuvent être plus importants pour l’éleveur. »

« Cette nouvelle certification environnementale de niveau 3 (HVE) donnera accès au niveau « supérieur » de l’éco-régime dans la future PAC (environ 75 €/ha). Un degré intermédiaire entre le niveau 2 et le niveau 3 (HVE), créé spécifiquement pour la Pac et appelé CE2 +, correspondant au respect du cahier des charges CE2 et l’obtention de 10 points sur l’une des thématiques HVE, ce degré donnera quant à lui accès au niveau « standard » de l’éco-régime (environ 55 €/ha). Rappelons cependant que la certification environnementale n’est pas l’unique ni la plus simple des voies d’accès à l’éco-régime, et que les éleveurs utiliseront préférentiellement leurs pratiques culturales ou leurs infrastructures agroécologiques pour atteindre le niveau supérieur. Précisons aussi qu’aucun éleveur spécialisé sans terre ne pourra obtenir de certification environnementale niveau 3 (HVE), ni prétendre à l’éco-régime puisqu’il s’agit d’une aide surfacique », souligne la FNB.

BC

A télécharger :

Note de conjoncture mensuelle viandes rouges (FranceAgriMer, 28 oct. 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 27 oct. 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 20 oct. 2022)

Lisez également

Les prairies se reprennent

La douceur des températures et le retour de la pluie ont permis de compenser en …