Le veau de boucherie en péril

La FNB alerte sur la hausse des coûts de production dans la filière du veau de boucherie.

« L’alimentation des veaux de boucherie est basée sur la poudre de lait réhydratée avec de l’eau chauffée au gaz dans 62 % des élevages, selon le réseau Inosys (1) », indique la Fédération nationale bovine (FNB) dans un communiqué du 8 juin. Or, « l’Ipampa (2) gaz montre une augmentation du prix du gaz de 23 % par rapport à 2021, sans compter l’augmentation du prix de l’électricité qui a été constatée à + 39 % dans certains élevages par rapport à 2021. »

« La section veau de la FNB voudrait rappeler à la production de veaux intégrés que le contrat d’intégration pour l’élevage à façon de veaux de boucherie est obligatoire entre l’éleveur et l’entreprise depuis le 13 novembre 2020 (arrêté paru au JO le 21 novembre 2019). Le contrat type homologué en novembre 2019 prévoit, à l’article 9, la clause d’indexation suivante : « Sauf s’il s’agit d’un contrat « bande unique », le contrat doit prévoir une clause d’indexation par laquelle la rémunération due à l’éleveur sera automatiquement révisée, à la hausse ou à la baisse, dans les conditions librement définies par les parties et précisées dans le contrat, en fonction d’indicateurs objectifs, pertinents et librement accessibles à chacune d’elle. Les parties pourront notamment se référer à des indicateurs élaborés et diffusés par l’interprofession ou tout autre indicateur pertinent disponible. » Ainsi, cette clause doit permettre la prise en compte de l’augmentation des coûts dans la prestation pour couvrir la totalité des charges de production de l’éleveur. »

Aucun bâtiment neuf en projet

« La section veau de la FNB rappelle à tous les éleveurs de veaux de boucherie qu’ils sont dans leurs plein droit de réclamer une mise à jour de leurs prestations, et qu’en cas de problème ils ont la possibilité de saisir la commission de conciliation des comités régionaux d’Interbev. »

« Au vu du contexte exceptionnel, la mise à jour des prestations avec la prise en compte de l’augmentation des charges de production est urgente. D’autant plus que les repères économiques 2020 du réseau Inosys montrent que, même avant la flambée des prix liée au contexte actuel, la prestation moyenne (219 €/place) ne couvrait pas la totalité des coûts de production (256 €/place). »

« La section veau de la FNB alerte la profession et rappelle le coût exorbitant de l’installation de bâtiments neufs (plus de projets à ce jour) et la diminution constante du nombre d’éleveurs ; il faut agir avant de perdre le potentiel de production et qu’il soit trop tard. »

BC

(1) Inosys est un dispositif de production de références technico-économiques qui associe les Chambres d’agriculture et l’Institut de l’élevage.

(2) Indice des prix d’achat des moyens de production agricole

A télécharger :

Cours élevés de la production bovine en 2021 (ministère de l’agriculture, 21 juin 2022)

Les marchés mondiaux de la viande bovine (Institut de l’élevage, juin 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 9 juin 2022)

Conjoncture viande bovine (FranceAgriMer, 9 juin 2022)

Indicateurs de référence Contrat type d’intégration Veaux de boucherie (Interbev, 2 déc. 2021)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 1er juin 2022)

Lisez également

Les prairies se reprennent

La douceur des températures et le retour de la pluie ont permis de compenser en …