« Leclerc et Sodiaal pas à la hauteur »

La FNPL met en cause le distributeur et la coopérative dans « l’écart grandissant entre les prix du lait en France et en Europe ».

« Depuis le mois de juin et l’annonce par Sodiaal d’un prix politique en retrait pour le troisième trimestre, la FNPL a essayé de comprendre quelles étaient les raisons de l’écart grandissant entre les prix du lait en France et en Europe », rapporte le syndicat dans un communiqué du 3 octobre. « La grande distribution, s’érigeant en défenseur du pouvoir d’achat, cadenasse la situation. Les centres Leclerc, en particulier, par leur politique délétère du prix le plus bas, quoi qu’il en coûte, portent une grande responsabilité. Si certains autres ont compris le message de nos mobilisations estivales, Leclerc de toute évidence continue à tirer les prix vers le bas et fragilise les bons élèves. »

« Les mobilisations des éleveurs ont permis d’aller chercher des hausses sur octobre, mais seulement 13 € les 1 000 litres chez Sodiaal. C’est loin de satisfaire le réseau ! L’écart se creuse avec nos voisins européens ; c’est tout simplement inacceptable. Les fermes laitières françaises ont tous les atouts de la durabilité… sauf celui de la rentabilité et, malgré ses grandes annonces et promesses, la première coop laitière française n’est tout simplement pas à la hauteur des enjeux de la filière et déçoit ses producteurs à chaque annonce. »

« Contrairement à 2016 où nous nous étions déjà mobilisés pour défendre nos revenus, aujourd’hui la loi oblige les acteurs de l’aval à respecter la valorisation de la matière première agricole (MPA). Les hausses acceptées par la distribution au titre de la MPA doivent revenir INTÉGRALEMENT aux paysans et pas aller combler on ne sait quel tonneau des Danaïdes. »

« Depuis le mois d’août, les pouvoirs publics sont saisis et nous allons également demander aux parlementaires dans tous les départements de soutenir l’application de la loi. C’est cette voie que nous privilégierons dans les prochaines semaines pour porter nos revendications. »

« Du fait de la force de la loi, les producteurs de lait ne sont plus la variable d’ajustement d’entreprises en manque de compétitivité. Coop et privés doivent le mettre en pratique, il y a urgence. »

« Nous prendrons, avec les fédérations départementales et régionales, toutes les initiatives possibles pour défendre une juste rémunération pour les éleveurs, dans le respect des biens et des personnes », conclut la FNPL.

BC

A télécharger :

Panorama des industries agroalimentaires (ministère de l’agriculture, octobre 2022)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 7 octobre 2022)

Les prix à la production compensent le coût de l’aliment (ministère de l’agriculture, 5 oct. 2022)

La brique (de lait) de la discorde (Chambres d’agriculture, 3 oct. 2022, page 3)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 30 sept. 2022)

Tableau de bord européen des produits laitiers (DG Agri, 28 sept. 2022)

Note mensuelle de conjoncture laitière (FranceAgriMer, 28 sept. 2022)

Le prix du lait dans l’UE (Commission européenne, 7 sept. 2022)

La hausse des prix agricoles ralentit (ministère de l’agriculture, 30 sept. 2022)

France Laitière 2030 (Cniel, septembre 2022)

 

Lisez également

Les prairies se reprennent

La douceur des températures et le retour de la pluie ont permis de compenser en …