L’envolée des intrants se poursuit

En élevage bovin lait ou viande, la hausse des prix des intrants avoisine désormais 27 % sur un an.

En mai 2022, la hausse du prix d’achat des intrants s’est poursuivie (+1,3% par rapport à avril 2022), indique le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste du 18 juillet. « En glissement annuel, le prix des intrants accélère, avec une hausse de 30,1% en mai, après 29,4% en avril et 28,9% en mars. Sur un an, le prix des intrants progresse nettement en mai 2022 pour toutes les exploitations agricoles, de 19% en viticulture à 41,5% pour les exploitations de céréales et oléo-protéagineux ». Les hausses atteignent 26,7% en bovin lait et 27,2% en bovins viande.

« En mai 2022, le prix des aliments pour animaux augmente (+3,9% par rapport à avril) et reste nettement supérieur à celui de mai 2021 (+26,9%), en lien avec la hausse du prix des céréales et des oléagineux. En particulier, le prix des aliments porcins augmente sur un an de 30,6%, celui des aliments pour volailles de 24,7% et celui des aliments pour vaches laitières de 25,9%. En dépit de trois jours ouvrables de plus qu’en mai 2021, la production d’aliments composés pour animaux de ferme diminue fortement en mai 2022 (-8,3% sur un an, dont -5,6% pour les aliments bovins).

Le prix de l’énergie attisé par la guerre en Ukraine

« Après avoir baissé entre février 2019 et septembre 2020, le prix des engrais et des amendements s’est fortement redressé ensuite : en mai 2022, il se stabilise à son niveau record établi au mois précédent. Sur un an, il fait plus que doubler, avec +108,3%, par rapport à mai 2021. On assiste en effet à la poursuite des tensions sur le marché mondial des engrais, alimentées par la guerre en Ukraine, entre des disponibilités limitées chez les principaux exportateurs en lien avec la hausse du prix du gaz et des coûts élevés du fret. »

« Le prix de l’énergie et des lubrifiants est en légère hausse sur un mois (+0,7%) et en forte hausse sur un an (+47,2%), dans un contexte de reprise économique mondiale et de craintes sur les disponibilités suite au conflit russo-ukrainien », analyse le ministère de l’agriculture.

BC

A télécharger :

Les matières premières de l’alimentation animale en 2020 (ministère de l’agriculture, 1er août 2022)

Lisez également

Les prix agricoles ralentissent

Les prix du lait et de la viande bovine, au plus haut depuis le début …