L’insémination par l’éleveur progresse

Près de 5 400 éleveurs de bovins (+6%) ont réalisé eux-mêmes plus de 795 000 inséminations (+10%) en 2020.

« L’acte d’insémination réalisé directement par l’éleveur au sein de son troupeau est une pratique qui se répand et se développe », écrit l’Institut de l’élevage dans sa publication annuelle sur le sujet. « La popularité croissante de cette pratique est en lien avec l’augmentation de la taille des troupeaux et avec la volonté des éleveurs de piloter de façon autonome la reproduction de leurs troupeaux, tant en réduisant le coût des mises en place qu’en maîtrisant l’acte technique. »

En 2020, les inséminations artificielles premières (IAP) réalisées par les éleveurs-inséminateurs ont représenté 12% de l’ensemble des IAP. « La proportion d’inséminations par l’éleveur (IPE) est équivalente à l’échelle des inséminations totales (IAT) ». L’idele comptabilise 795 824 IAT IPE réalisées en 2020 et enregistrées au 15 avril 2021. « Cela représente une augmentation de +10% par rapport à 2019. Le nombre d’IAP enregistrées en 2020 est de 442 134, avec une progression équivalente aux IAT ».

« Parmi les 74 959 élevages où sont réalisées des inséminations en 2020, 5 394 éleveurs-inséminateurs ont eux-mêmes inséminé leurs femelles ; c’est 6% d’éleveurs en plus par rapport à l’année dernière. On note tout de même que le nombre d’éleveurs IPE enregistrés dans la table SIG (système d’information génétique, ndlr) est de 6 922 en 2020. Depuis le 1er janvier 2020, 142 nouveaux éleveurs (ou nouvelles raisons sociales) ont été déclarés pour inséminer au sein de leur troupeau. »

Les grands troupeaux d’abord

« Les éleveurs IPE sont plus représentés dans les troupeaux où il se fait plus d’IAP. L’activité IA IPE représente 14% de l’activité IAP dans les grands troupeaux réalisant au moins 100 IAP, jusqu’à 17% dans les très grands troupeaux de plus de 200 vaches, pour seulement 7% pour les troupeaux de moins de 100. »

« Pour 67% des élevages qui pratique l’IPE, c’est une activité exclusive : l’EMP (établissement de mise en place, ndlr) n’intervient pas, l’ensemble des inséminations sont réalisées par l’éleveur. Par contre, 8% des éleveurs IPE adoptent le recours à l’inséminateur EMP jusqu’à 50% de leurs inséminations ; 25% des éleveurs IPE font appel à l’inséminateur pour 50 à 99% de leurs IA. »

« Les enregistrements avec mention de l’utilisation de semence sexée représentent 10,4% des IAP réalisées par les IPE. Ce taux est proche du pourcentage national d’IAP sexées (11,6%). De même pour les IAT, le taux d’IA sexées pratiqué par les éleveurs-inséminateurs est similaire au taux national à environ 8%. »

BC

A lire également : Net rebond des IA sexées en 2020 (16 juin 2021)

A télécharger : Les règles du jeu de l’IPE (Idele, 2017)

Lisez également

Joz rachète Fullwood Milking

La société néerlandaise Joz, spécialiste du traitement des fumiers et lisiers et autres équipements d’alimentation, …