Revenus en hausse en lait et viande

En Bourgogne-Franche-Comté, l’année 2021 se présente bien pour l’élevage bovin. La future Pac aussi.

Cerfrance Bourgogne-Franche-Comté a organisé, le 9 novembre à Agrosup Dijon, une « fermoscopie » axée sur les conséquences de la Pac 2023-2027 en cours de finalisation. Quatre productions très présentes dans la région ont été plus précisément examinées : le lait de plaine, le lait AOP du massif jurassien, les bovins allaitants et les grandes cultures.

En lait de plaine, le résultat courant par unité de travail agricole familial (UTAF) de l’exploitation Cerfrance type (72 vaches, 496 000 l de lait vendu 374 €/1000 l en 2021) est attendu aux alentours de 27 300 € cette année, après 18 600 € en 2021. Néanmoins, 28 % des élevages présentent un risque financier moyen à élevé. La Pac 2023 laisse attendre une hausse des aides (49 000 € vs 45 600 €) dans la mesure où la nouvelle aide à l’UGB conforte un système qui, en lui-même, se hisse « relativement simplement » au niveau des exigences de l’éco-régime supérieur qui remplace le paiement vert, analyse Mathilde Schryve, responsable des études économiques Cerfrance Bourgogne-Franche-Comté.

Pour le lait AOP du massif jurassien (57 vaches, 365 600 l vendus 627 €/1000 l en 2021), la progression du revenu courant par UTAF en 2021 est moins marquée (29 500 € après 29 100 € en 2020), mais elle s’inscrit dans une « progression régulière depuis dix ans ». Là encore, la Pac 2023 augure d’une consolidation des primes (49 200 € vs 45 400 €).

En bovins allaitants (82 vêlages en moyenne dans l’exploitation Cerfrance), le résultat courant par UTAF est attendu à 19 400 € en 2021 (après 12 200 € en 2020) grâce à l’augmentation des prix de vente permise par la diminution de l’offre, et celle du poids des animaux due à l’abondance des ressources fourragères, explique Eric Jeannin (Cerfrance Saône-et-Loire). Dans ce système aussi, la Pac 2023 s’annonce plutôt favorablement en termes de primes (59 600 € vs 57 300 €), même si, en matière d’aide couplée bovine, apparaît un « point de rupture autour de 90 vaches ».

Dans le secteur des grandes cultures (175 ha environ pour les exploitations Cerfrance), la progression du résultat courant par UTAF est spectaculaire : 50 400 € en 2021 après 8 700 € en 2020. C’est la conséquence de « rendements exceptionnels » et de prix de grains en hausse. L’impact économique de la nouvelle Pac dépendra de la possibilité d’émarger à l’éco-régime. Selon Cerfrance, deux tiers des céréaliers devraient y parvenir, dont près de la moitié accéderaient à l’éco-régime supérieur. Pour eux, les paiements Pac progresseraient de 9 % alors qu’ils diminueraient de 2 % avec l’éco-régime standard et de 32 % sans éco-régime. Pour écarter ce dernier scénario, une piste se dessine : diversifier l’assolement en introduisant des jachères, des légumineuses ou des prairies.

BC

A télécharger :

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 1er déc. 2021)

Fermoscopie Bourgogne-Franche-Comté (Cerfrance, 9 novembre 2021)

Les revenus agricoles en Europe (ministère de l’agriculture, nov. 2021)

Conjoncture laitière au 22 novembre 2021 (Cniel)

A visionner : le replay de la conférence (Cerfrance, 9 novembre 2021)

 

Lisez également

Un guide du bâtiment laitier

Le Cniel publie « Construire un bâtiment pour le troupeau laitier : démarche, outils, acteurs …