Seederal lance son prototype du tracteur électrique

Diplômé de l’école d’ingénieur de Centrale Paris, le Breton Arthur Rivoal, associé à Antoine Venet, a imaginé le premier tracteur 100 % électrique. Dès 2021, tous deux ont fondé la société Seederal avec pour objectif initial la sortie d’un premier prototype en 2023 et une commercialisation en 2025. Comme pour Tesla et sa voiture électrique, il leur a fallu repenser intégralement le tracteur. Le parallèle s’arrête là, car la conception d’une voiture et celle d’un tracteur n’ont pas grand-chose à voir. Les pièces d’usure d’un tracteur doivent pouvoir vieillir beaucoup plus longtemps, et ce, malgré des contraintes mécaniques plus fortes. L’idée des deux jeunes fondateurs est de concevoir un tracteur 100 % électrique à destination des fermes de polyculture-élevage. Leur première machine se destine au marché de la moyenne puissance. « Notre objectif est de développer un tracteur capable de délivrer l’équivalent de 160 chevaux, avec l’autonomie qui serait permise par 200 litres de carburant sur un tracteur traditionnel. Selon nos observations, cela correspond à une journée de travail cohérente », déclare l’ingénieur à la CCI de la région Bretagne. Leur projet séduit. Ils ont d’ores et déjà levé 1,2 million d’euros.

UN MARCHÉ PORTEUR

Le marché est porteur car encore peu exploré. « Alors qu’elle talonne l’aviation domestique en matière d’émissions de gaz à effet de serre (2 % du total national), l’industrie du machinisme agricole n’a pas amorcé de transition majeure. Ces dernières années, seuls quelques projets au biogaz et des tracteurs électriques de faible autonomie ont émergé au niveau mondial. Bien loin des bouleversements connus par l’industrie automobile », constatent les deux entrepreneurs. Le tracteur au biogaz ne semble pas convaincre Arthur Rivoal, qui rappelle que ce dernier nécessite la purification et la compression du gaz, deux opérations consommatrices d’énergie.

LE DÉVELOPPEMENT SE POURSUIT 

Le calendrier annoncé par Arthur et Antoine est tenu. Un premier prototype du tracteur électrique fonctionne en Ille-et-Vilaine. L’équipe Seederal continue d’engranger des données pour poursuivre le développement. Des capteurs ont notamment été posés sur des tracteurs thermiques pour identifier, quantifier et analyser les travaux effectués, leur fréquence et les conséquences sur l’usure des pièces. La cible commerciale du projet est fixée à 3-4 ans. Désormais, 12 personnes travaillent au lancement du premier tracteur 100 % électrique et l’effectif pourrait encore être renforcé pour atteindre 30. Au final, cet équipement pourrait diviser par sept l’impact environnemental de la traction mécanique au sein d’une exploitation agricole. L’expertise batterie et la conception mécanique se situent à Brest alors que le développement des logiciels s’effectue à Rennes. Le projet continue à évoluer. Ainsi, une partie des batteries pourrait servir de masse avant en cas d’utilisation prolongée ou de besoin en puissance important. 

ERWAN LE DUC

Lisez également

Un observatoire national de la pousse

350 fermes de référence vont « fiabiliser » l’indice satellitaire utilisé pour l’assurance prairies.