La viande bovine doit être exclue d’un accord UE-Mercosur

À l’approche du Salon international de l’agriculture (Sia), la Confédération française de la boucherie-charcuterie réaffirme sa totale opposition à l’arrivée massive de viandes importées d’Amérique du Sud. Les artisans bouchers-charcutiers, à travers la voix de leur président national, Jean-François Guihard, soutiennent les éleveurs et demandent à l’exécutif  de renoncer à un accord UE-Mercosur qui inclurait la viande bovine.

« La signature d’un accord entre l’Union européenne et le Mercosur serait totalement contradictoire avec les conclusions des Etats généraux de l’alimentation et les engagements pris à cette occasion par les filières pour une alimentation saine, sûre et durable », indique le syndicat dans un communiqué de presse. « Les conditions d’élevage outre-Atlantique étant radicalement opposées au modèle français, à quand un scandale sanitaire comme au Brésil ? Quid du bien-être animal dans les feedlots sud-américains ? Quid du sort des éleveurs français ? », s’interroge l’organisation syndicale.

Les 18 000 artisans bouchers-charcutiers français jugent incompréhensible, et en totale contradiction avec ses déclarations, l’attitude du gouvernement vis-à-vis des professionnels de l’élevage et plus largement de la filière viande.

 

Lisez également

Plaidoyer pour les grands troupeaux

Pendant plusieurs années, Michel Welter a porté la ferme des 1000 vaches. Aujourd’hui consultant, il nous donne sa vision de l’élevage à travers quatre idées fortes.