« Un confort de vie assez rare en élevage »

Au Gaec de l’Espérance (225 vaches et 285 ha à Baraqueville en Aveyron), on préfère « s’éclater au travail » plutôt qu’en faire toujours plus. Priorité à la qualité de vie.

Les familles Alary, Enjalbert, Monteillet et Pouget travaillent ensemble depuis 1991. « Au départ, c’était pour réduire les charges et avoir le droit d’être malade », se souvient Jean-François Alary . Au fil du temps, c’est devenu un « vrai choix de vie » rendu possible par une vision commune du métier et, plus généralement sans doute, de l’existence : « travailler pour vivre plutôt que vivre pour travailler ». Cela sous-entend la pleine implication de chacun au service de l’œuvre commune, et une entente jamais prise en défaut. Enfin presque : « deux recadrages en 28 ans… Manager, ce n’est pas commander. C’est le respect de l’autre. Il faut savoir céder et faire confiance ».

Semaine de 4 jours

Les cinq associés ont adopté une organisation du travail particulièrement originale : la semaine de 4 jours, un travail en binômes (à l’étable comme au champ), 2 semaines de vacances l’été + 1 l’hiver, 1 week-end sur 3 travaillé (un salarié vient 17 week-ends par an). La journée commence tôt, à 5h45, mais, entre 8h et 9h30, il n’y a personne sur la ferme. C’est le moment d’accompagner les enfants à l’école ou de faire une course. Pareil entre 13 et 14 heures. A 18h30, tout est terminé. « La nuit, on ne se lève pas. Il faut prendre le temps, pas le subir. On a longtemps été critiqué, plus maintenant. Nous avons un confort de vie assez rare dans le milieu de l’élevage », témoigne Jean-François Alary.

1 500 € nets par mois

De fait, le Gaec délègue l’alimentation des 225 Prim’Holsteins à une Cuma équipée d’une dessileuse automotrice. La prestation, facturée 11,6 €/1000 l, s’ajoute à un coût alimentaire de 143 €/1000 l. Les associés ne font pas non plus de mécanique. Lors de la traite (2 h à deux dans une 2 x 12 TPA), « on ne lave pas les mamelles. On ne tire pas les premiers jets. On perd 15 000 € par an avec les butyriques. On pourrait travailler plus et gagner plus si on était sérieux… ». L’argent, « aucun associé n’en parle ». Tous reçoivent la même rémunération, 1 500 € nets par mois. La moyenne économique avoisine 8 500 l pour une production de 1,9 million de litres. Le prix d’équilibre ressort à 334 €/1000 l, proche du prix de vente de 333 €/1000 l. Le Gaec ambitionne d’accroître la production par vache – « la ration n’est pas au top » – et le nombre de vaches, de sorte à conforter l’installation de Bastien Alary qui a rejoint son père dans le Gaec.

BC

Article initialement publié dans Grands Troupeaux Magazine n° 77 à la suite des 3èmes « rencontres grands troupeaux » du BTPL (6 et 7 novembre 2019)

Lisez également

Guillaume Largeaud, l'un des associés du GAEC Passion (Deux-Sèvres), en compagnie de Michel Lepertel dirigeant de la société de conseils NPRL.

Trois leviers pour améliorer son EBE

Dans les Deux-Sèvres, au cœur de la Venise verte, en plein marais poitevin, les associés du Gaec Passion ont développé leurs productions fourragères et ont ainsi modifié les rations alimentaires de leur cheptel. Les exploitants œuvrent également à développer des créneaux locaux plus rémunérateurs.