« Le contexte inflationniste va durer »

La stabilité des prix des produits laitiers au détail contraste avec la flambée des moyens de production tout au long de la filière, note le Cniel.

« Le marché des produits laitiers industriels traverse actuellement une période exceptionnelle, marquée par une fermeté des cours qui affecte aussi bien le beurre que la poudre de lait écrémé », constate Benoît Rouyer, directeur Economie et territoires au Cniel, dans sa vidéo mensuelle de conjoncture. « En l’espace d’un semestre, les prix de la poudre de lait écrémé et du beurre ont augmenté de près de 50 % : + 1 300 €/t et + 1 800 €/t respectivement »

« Cette augmentation des cours est à mettre en liaison avec une évolution peu dynamique de la production laitière dans les grands bassins exportateurs mondiaux depuis l’été 2021 : sur les douze derniers mois, la production s’est stabilisée dans l’UE, a reculé de 0,4 % en Nouvelle-Zélande et a crû de 1,5 % aux Etats-Unis. En France, la collecte a baissé de 1,2 % sur l’ensemble de l’année 2021. Ce recul se poursuit sur le début de l’année 2022, selon les sondages hebdomadaires de FranceAgriMer. »

« Selon l’enquête mensuelle laitière de FranceAgriMer, le prix moyen standard du lait de vache conventionnel atteignait 362 €/1000 l en décembre 2021 (+ 34 € ou + 10 % sur un an). Sur l’ensemble de l’année 2021, il s’est établi à 342 €/1000 l (+ 15 € par rapport à 2020). »

Incertitude sur les marges

« Le prix unitaire des charges dans les élevages laitiers augmente de nouveau : l’indice Ipampa lait de vache a progressé de 13 % en l’espace d’un an. Deux postes ont fortement progressé : l’énergie et les lubrifiants d’une part, les aliments achetés d’autre part. »

« Dans ce contexte inflationniste, les prix des produits laitiers dans les magasins ont relativement peu évolué au cours des derniers mois. Selon les familles considérées, l’évolution des prix sur un an se situe dans une fourchette allant de 0 à + 1 %. »

« Nous traversons une période de forte inflation, inédite depuis plusieurs décennies », conclut Benoît Rouyer. « Les fortes tensions géopolitiques actuelles devraient malheureusement renforcer cette tendance au cours des prochains mois. En conséquence, les différents acteurs économiques de la filière se trouvent exposés à des perspectives de fortes hausses de leurs charges, sans certitude que la revalorisation de leurs produits soit comparable et leur permette de maintenir leurs niveaux de marges. »

BC

A télécharger : Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 11 mars 2022)

Lisez également

Les grands troupeaux tiennent la forme

Les clôtures de la campagne 2021/2022 révèlent des résultats économiques « historiquement hauts » dans …