Lait bio : le revenu a décroché en 2018

Lait bio : le revenu a décroché en 2018

Le déficit fourrager n’explique pas tout. Les charges de structure ont dérapé davantage qu’en lait conventionnel, qui repasse devant en termes de revenu. Reste que, sur longue période, les exploitations bio s’en sortent mieux, note l’Institut de l’élevage.  

Le résultat courant par unité de main d’œuvre (UMO) non salariée est retombé à 28 300 € en lait bio spécialisé de plaine en 2018, après 37 000 € en 2017 et 31 100 € en 2016, estime l’Institut de l’élevage (Idele) à partir d’un échantillon de 31 exploitations élevant en moyenne 66 vaches pour 333 000 l de lait vendus. Les ventes de lait diminuent de 3 400 €/UMO tandis que les charges de structure augmentent de 3 600 € et les charges opérationnelles de 1 300 €. Plusieurs explications sont avancées : « une année fourragère très compliquée qui a impacté les volumes livrés », un « prix du lait à peine stable » et une « hausse des charges » qui invitent à la « vigilance sur les charges de mécanisation et l’autonomie alimentaire ».

Dans l’échantillon de 94 exploitations spécialisées de plaine produisant du lait conventionnel (86 vaches pour 654 000 l de lait vendus), le revenu 2018 a également diminué mais il reste « dans le haut de la fourchette historique » avec un résultat courant moyen de 30 200 €/UMO, après 32 100 € en 2017 et 15 900 € en 2016. L’accroissement des charges de structures (+ 3 300 €/UMO) et opérationnelles (+ 3 400 €) ainsi que la baisse des aides (- 1 300 €) sont en partie compensés par l’augmentation des ventes de lait (+ 2 300 €) et de cultures (+ 3 800 €). Grâce à une « bonne dynamique laitière sur la lancée de 2017 », le revenu « résiste malgré l’année climatique difficile » et les « difficultés de maîtrise des charges dans ce contexte ».

Dans les autres orientations en lait conventionnel, le revenu 2018 s’échelonne entre 16 800 €/UMO (montagnes et piémonts du Sud), 27 100 € (montagnes de l’Est), 29 300 € (lait et viande bovine) et 38 200 € (lait et cultures de vente). Toutes ces évolutions sont détaillées dans un document mis en ligne par l’idele à télécharger ci-dessous.

BC

A télécharger :

Revenus des exploitations bovins lait 2018 (Idele, 29 mars 2019)

Le prix de compensation du prix des aliments dans les filières d’élevage (Agreste, 9 mai 2019)

A lire également :

Biolait privilégie les conversions simultanées en deux ans (9 mai 2019)

Baisse des revenus 2018 en bovins viande (20 février 2019)

54321
(0 votes. Average 0 of 5)