+ 17 % pour le prix des intrants

La guerre en Ukraine pousse les prix de l’énergie et des grains à la hausse.

« En février 2022, la hausse du prix d’achat des intrants se poursuit (+1,9% par rapport à janvier 2022). En glissement annuel, le prix des intrants maintient son rythme de progression, avec une hausse de 20,5% en février (+17% en élevage herbivore, ndlr), après 20,7% en janvier et 19,7% en décembre », indique le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste du 19 avril.

« En février 2022, le prix des aliments pour animaux augmente (+1,7% par rapport à janvier), et reste nettement supérieur à celui de février 2021 (+14,6%), en lien avec la hausse du prix des céréales et des oléagineux. En particulier, le prix des aliments porcins augmente sur un an de 17,5%, celui des aliments pour volailles de 15,1% et celui des aliments pour vaches laitières de 12,5% (…) En février 2022, la production d’aliments composés pour bovins diminue de 4,6 % par rapport à février 2021. La fabrication d’aliments pour vaches laitières diminue de façon plus importante que l’utilisation du mash (-4,5 % et -2,3 % respectivement)

« En janvier 2022, les quantités de maïs et de tourteaux de colza incorporées sont en hausse par rapport à janvier 2021, tandis que celles de blé, d’orge et de tourteau de soja diminuent sous l’effet de prix en forte hausse pour le blé et les orges. De fait, les cotations du blé et de l’orge augmentent respectivement de 17% et 20,4% sur un an. »

Les engrais à un niveau record

« Le prix de l’énergie et des lubrifiants est en forte hausse sur un mois (+6,6%) ainsi que sur un an (+35,3%), dans un contexte de reprise économique mondiale et de craintes sur les disponibilités suite au conflit russo-ukrainien. »

« Après avoir baissé entre février 2019 et septembre 2020, le prix des engrais et des amendements s’est fortement redressé ensuite : en février 2022, il atteint un niveau record, en hausse de 82% par rapport à février 2021 (et de 1,4% par rapport au mois précédent). On assiste en effet à la poursuite des tensions sur le marché mondial des engrais, ravivées par le début de la guerre en Ukraine, entre des disponibilités limitées chez les principaux exportateurs en lien avec la hausse du prix du gaz et des coûts du fret. »

BC

A lire également : L’aliment du bétail va fortement renchérir (25 mars 2022)

A télécharger :

Forte hausse du prix des intrants en 2021 (ministère de l’agriculture, mars 2022)

L’aliment bovin en baisse de 5,2 % (Snia-LCA, 28 avril 2022)

Lettre de conjoncture (ministère de l’agriculture, 20 avril 2022)

Lisez également

Les prix agricoles ralentissent

Les prix du lait et de la viande bovine, au plus haut depuis le début …