410 à 445 €/1000 l au printemps

Cerfrance anticipe une légère baisse du prix du lait en 2024.

« En France, le prix du lait reste largement soutenu par les marchés intérieurs. Mais les 450 €/1000 l de prix de base moyen annuel ne seront pas dépassés, et le début de l’année 2024 sera à la baisse », résume l’Atelier des études économiques Cerfrance dans une publication du 17 janvier.

« Les clôtures de l’année civile 2023 vont acter majoritairement une stabilisation du prix de base du lait, entre 425 et 450 €/1000 l selon les laiteries. Sur deux ans, il aura augmenté de 100 €/1000 l, soit + 30 % environ. Sodiaal marque un rattrapage par rapport à 2022. »

« Les clôtures du printemps 2024 (mars à juin) devraient voir un début de baisse du prix du lait, plus ou moins fort selon les laiteries. Le prix du lait pourrait ainsi se situer dans une fourchette entre 410 et 445 €/1000 l et varier sur un an entre – 35 € et + 10 €/1000 l, selon les laiteries », prévoit encore Cerfrance.

La valorisation beurre-poudre s’améliore

« Fin 2023, les cours du beurre et de la poudre de lait reprennent de la vigueur après le creux de l’été (plus bas niveau depuis 3 ans en poudre et 2 ans en beurre). En décembre, le beurre cote 5 100 €/t, tandis que la poudre de lait écrémé remonte autour de 2 600 €/t. La valorisation beurre-poudre s’améliore depuis août 2023, mais l’interprofession n’affiche toujours pas de valeur, faute d’accord sur le coût de transformation », relève Cerfrance.

« Les produits de grande consommation (PGC) ont à nouveau bénéficié en 2023 de hausses de tarifs significatives en grandes surfaces, qui ont soutenu le prix du lait. Jusqu’à présent, la consommation des produits laitiers résiste bien à ces hausses des prix aux consommateurs, mais le niveau de gamme des achats baisse. Les négociations difficiles en cours avec les grandes et moyennes surfaces (pression à la baisse) ne permettent pas aux laiteries d’afficher des prix sur 2024 », constate Cerfrance. Le litige Unell-Lactalis en offre l’illustration.

BC

Lisez également

Savencia-Sunlait : un délai de grâce

Les contrats-cadres de quatre des six OP Sunlait, qui arrivaient à échéance en mars, sont prolongés jusqu'au 31 octobre.