Au sommaire de Grands Troupeaux Magazine

L’édition de juin et juillet 2024 est bouclée. Au sommaire de ce numéro, un grand dossier sur les pollutions électromagnétiques. L’élevage laitier est la première filière impactée par les pollutions électromagnétiques. Pour la première fois en France, un rapport du ministère de l’agriculture quantifie l’impact des pollutions électromagnétiques en élevage et confirme le rôle majeur des géobiologues dans la résolution des problèmes. Ce dossier comporte également un reportage exclusif aux États-Unis où un élevage de l’Iowa a perçu 4,75 millions de dollars d’indemnités suite à une pollution électrique. À la ferme Saint Ulrich, en Alsace, six générations se sont succédé. Des pollutions électriques ont mis en péril cette belle histoire familiale. La plus récente découle de l’installation défectueuse des trackers solaires.

Côté nutrition, retour sur les méthodes et les outils pour anticiper les effets du stress thermique. Des capteurs, des audits de confort permettent d’agir en amont et d’améliorer la ration des vaches et de modifier l’ambiance des bâtiments. Un article revient sur la pousse de l’herbe qui atteint des records en 2024 !

Côté santé, place au Gaec du Tertre Goutte qui, avec 120 Holsteins, une production de 45 kg/j, une traite et une alimentation automatisées,  ne manque pas d’atouts. Les associés souhaitent encore maximiser la production. Pour ce faire, ils ne veulent plus jeter de lait et ne plus avoir à utiliser des antibiotiques pour soigner les mammites.

Un grand dossier sur l’IPE

Côté génétique, un grand dossier sur l’insémination par l’éleveur (IPE). Un sondage tente d’expliquer cet engouement pour cette technique. Deux reportages donnent la parole à deux éleveurs utilisant avec succès l’Eye Breed.

A l’étranger, notre envoyé spécial s’est rendu à l’Expozébu, grand rendez-vous des éleveurs brésiliens. Il les a interrogés sur leur quotidien et le marché de la production laitière.

Lisez également

Légère hausse de la collecte laitière

En France, la production laitière a repris un peu de vigueur depuis la fin de l’année 2023.