Bleue du Nord et Maraîchine se distinguent

Deux races bovines ont reçu, cette année, les 1er et 2e Prix de la Fondation du patrimoine pour la biodiversité animale : la Bleue du Nord et la Maraîchine. Le 3e Prix est allé au mouton Belle-Île.

A l’occasion de la Journée internationale de la biodiversité (le 22 mai de chaque année), la Fondation du patrimoine et Ceva Santé Animale ont décerné, pour la 9e année consécutive, le « Prix national de la Fondation du patrimoine pour l’agrobiodiversité animale ». Cette année, deux associations et un syndicat mixte sont récompensés pour leur engagement dans la sauvegarde et la valorisation de races agricoles françaises menacées de disparition.

Le 1er Prix (10 000 €) échoit au Centre régional des ressources génétiques (CRRG) des Hauts-de-France pour ses actions en faveur de Bleue du Nord [notre photo], qui ne compte que 580 vaches réparties chez 25 éleveurs français. Le CRRG s’est donné une double mission : créer la marque « Bleue du Nord » afin de permettre aux éleveurs de différencier leurs produits dans les circuits de distribution ; faire connaître la Bleue du Nord grâce au tourisme en multipliant les sites d’éco-pâturage et en concevant un parcours de randonnées jalonné d’hébergements. À travers ce projet, le CRRG souhaite également développer et diversifier la gamme de produits laitiers fabriqués avec cette race et sécuriser la filière viande naissante.

Le 2e Prix (6 000 €) est décerné à l’Association pour la valorisation de la race bovine Maraîchine (1 300 femelles) et des prairies humides. Suite aux actions engagées, l’association et la Ligue de protection des oiseaux (LPO) ont été sollicitées en 2019 par les magasins Biocoop du nord-ouest de la Vendée pour proposer à leurs clients de la viande issue d’élevages locaux. Grâce aux 21 nouveaux élevages de vaches Maraîchines qui ont vu le jour depuis 2019, l’idée est de développer une micro-filière « viande et biodiversité ». Objectifs : approvisionner les rayons boucherie des magasins Biocoop concernés, valoriser la race Maraîchine et la protection des biodiversités domestiques et sauvages, et déployer cette filière vers d’autres magasins ou restaurants.

Le 3e Prix (4 000 €) revient à l’association Denved ar Vro (Rennes) qui travaille au développement des races ovines Belle-Île (700 brebis réparties dans 50 élevages) et Landes de Bretagne dans un secteur géographique correspondant aux régions Bretagne et Pays de la Loire. Elle est récompensée pour la mise en place d’une pépinière de béliers Belle-Île à Saint-Gildas-des-bois (44) permettant de gérer la prolificité et la consanguinité de la race et l’accès à des reproducteurs génétiquement originaux. Cette initiative va permettre de pallier le manque chronique de béliers de qualité et de faire face à l’augmentation récente de la demande, expliquent encore les organisateurs du Prix de la biodiversité animale.

BC

A télécharger : Les effectifs de bovins au 1er mai 2021 (FranceAgriMer, 1er juin 2021)

 

Lisez également

Sécheresse et prairies : peut faire mieux

L’indemnisation des sécheresses sur prairies en 2019 et 2020 n’a satisfait personne. Un rapport formule …