La Coopal assigne la SLVA

La coopérative de collecte reproche à la Société Laitière des Volcans d’Auvergne (SLVA) le « non-respect » d’un contrat sur le prix du lait.

La FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes appelait à la « mobilisation », mercredi 26 janvier devant la préfecture du Puy-de-Dôme à Clermont-Ferrand, en soutien aux 300 producteurs de la Coopal (société coopérative agricole Auvergne Limousin), principal fournisseur de lait de la SLVA. « C’était un coup de semonce », explique Stéphane Joandel, président de la section laitière régionale, qui avance le chiffre de 200 manifestants.

A la fin décembre 2021, la Coopal a assigné la SLVA, filiale de Terra Lacta, au tribunal de Clermont-Ferrand pour « non-respect d’un contrat signé conjointement », explique la FRSEA dans un communiqué. « Le dommage se chiffre actuellement à 3,8 millions d’euros d’impayés, soit 12 600 € de perte pour chaque éleveur Coopal. » Daniel Chevreul, président du directoire de la SLVA et directeur général de Terra Lacta, fait une lecture « radicalement différente » de cette affaire dans la mesure où « le contrat avec la Coopal s’appuie sur l’évolution de deux indicateurs majeurs : les coûts de production et les prix de vente du lait UHT sous MDD » (marque de distributeur). Et alors que les négociations commerciales 2022 avec la distribution n’ont encore pas abouti, précise Daniel Chevreul.

« Prix abusivement bas »

La FRSEA avance un second grief : « un prix du lait défini unilatéralement par SLVA. Pour le mois de janvier, SLVA annonce un prix du lait à 350 €/1000 l, nettement inférieur à l’environnement en lait standard (prix de base à 380 €/1000 l au premier trimestre pour Terra Lacta) – et alors même que Coopal répond à un cahier des charges non-OGM. Coopal subit l’application d’un prix abusivement bas ! » En retour, Daniel Chevreul fait remarquer que ce prix de 350 €/1000 l représente une hausse de 10 €/1000 l par rapport au prix moyen de 2021, et que la comparaison avec Terra Lacta méconnaît des saisonnalités tarifaires différentes dans les deux entreprises laitières. « Coopal a payé le lait dans la moyenne nationale FranceAgriMer en 2021, et avait payé 2,5 % de plus que la moyenne en 2020. »

La date du jugement, initialement attendu mardi 25 janvier, n’est pas encore connue, indique Stéphane Joandel. Le médiateur des contrats agricoles n’a pas été saisi par la Coopal. « Par deux fois auparavant, il nous avait beaucoup déçus. »

BC

A visionner : « Une période exceptionnelle pour les produits laitiers industriels » (Cniel, 2 fév. 2022)

A télécharger :

Note mensuelle de conjoncture lait de vache (FranceAgriMer, 31 janv. 2022)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 28 janv. 2022)

Conjoncture laitière au 21 janvier 2022 (Cniel)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 21 janv. 2022)

Les adhérents jugent leurs coopératives (sondage ADquation/LCA, 20 janv. 2022)

Lisez également

Les aides bovines 2022

Deux arrêtés, publiés le 1er octobre au Journal officiel, fixent les montants des aides aux …