FCEL et Allice prêts à convoler

France Conseil Elevage (FCEL) et Allice (union de coopératives d’élevage et d’insémination) devraient fusionner au 1er semestre 2022.

Dominique Davy, président de FCEL, a annoncé, le 16 décembre en assemblée générale, que l’équipe de FCEL (une quinzaine de salariés à Paris) « rejoint l’équipe d’Allice à la Maison nationale des éleveurs dès janvier 2022 », quittant ainsi la Maison du lait. Les assemblées générales extraordinaires imposées par le rapprochement des deux structures « se tiendront dans le premier semestre 2022, le temps de finaliser nos dispositions statutaires et extra-statutaires, et de mener à bien le processus juridique complexe que nous avons à conduire. »

« Notre nouvelle fédération aura à cœur d’être innovante, performante, efficiente, accueillante », assure Dominique Davy. « Nous souhaitons être plus influents et mieux défendre les intérêts de nos adhérents, à l’international comme au niveau national, dans les différents domaines d’activité qui sont les leurs. Le secteur de la génétique est l’un de ces domaines et, trois ans après le règlement zootechnique européen (RZUE) qui a généré quelques bouleversements, de nombreuses choses sont encore à clarifier et à stabiliser. »

Contrat avec Lely

Dans son rapport d’orientation, le président de FCEL est également revenu sur les réalisations de l’année 2021. « Dans les filières bovins viande et caprins, nos logiciels métiers mutualisés se réforment et s’optimisent pour plus d’efficacité et de capacité. Le DataHub, auquel plus de 4 600 élevages laitiers robotisés sont connectés, sert désormais de plateforme d’échange de données pour les outils de monitoring Medria Solutions et Sense Hub. Nous avons également engagé des travaux sur la performance technico-économique des élevages, avec notamment le développement de références et d’outils sur les charges de mécanisation. »

« Du côté des partenariats, une de nos grandes fiertés de l’année est la signature d’un contrat avec Lely International, qui permet d’accroître considérablement la commercialisation de notre ORI-Collector à l’international, fruit de longs mois de négociation. Nous avons pu également engager FCEL et plusieurs entreprises de notre réseau dans deux actions du Plan de Relance (gouvernemental) : les Bons Diagnostics Carbone, et le projet Cap’Protéines qui valorise notamment notre base de constats d’alimentation Res’alim. Enfin, le projet Pheno 3D (…) entre désormais dans une phase de conception d’un prototype sur lequel nous fondons beaucoup d’espoir pour entrer dans une nouvelle ère de la collecte de phénotypes et du suivi des élevages bovins viande. » Une utilisation en routine est prévue « courant 2024 », précise Maxence Bruyas (FCEL).

BC

A télécharger :

Rapport d’activité 2021 (FCEL, déc. 2021)

Les enjeux de l’agriculture numérique (ministère de l’agriculture, déc. 2021)

Lisez également

Les prix agricoles ralentissent

Les prix du lait et de la viande bovine, au plus haut depuis le début …