Dernières nouvelles

Lait et viande peu dynamiques en 2022

Bruxelles prévoit une stabilité de la production de lait dans l’UE cette année, et un nouveau repli en viande bovine.

Dans ses prévisions du printemps 2022, diffusées le 5 avril, la Commission européenne constate que « l’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine a considérablement perturbé les marchés agricoles mondiaux. Cela a créé plus d’incertitude quant à la disponibilité future des céréales et des oléagineux, et a ajouté une couche d’instabilité à des marchés déjà tendus. » Cela dit, « l’UE est largement autosuffisante sur le plan alimentaire, avec un énorme excédent commercial agroalimentaire, et on peut s’attendre une fois de plus à ce que le marché unique de l’UE prouve sa capacité à absorber les chocs. Néanmoins, il existe certaines inquiétudes concernant l’accessibilité de certains produits en raison des prix élevés du marché et des tendances inflationnistes. »

Lait : stabilité de la production en 2022

« En 2021, le secteur laitier de l’UE a connu une évolution sans précédent. La saisonnalité des prix du lait cru historiquement observée dans l’UE ne s’est pas matérialisée et les prix ont augmenté tout au long de l’année. Pourtant, les livraisons de lait de l’UE ont chuté de 0,4%, pour la première fois depuis 2009. La hausse des coûts a pesé sur la hausse des rendements (+1,2%) et a entraîné une réduction du cheptel laitier plus forte que prévu (-1,5%). »

« Les livraisons de lait de l’UE pourraient continuer à baisser, au moins au premier semestre 2022, avant une légère reprise en fin d’année. Dans l’ensemble, cela pourrait entraîner une stagnation des livraisons de lait pour toute l’année. L’accessibilité des aliments pourrait maintenir la croissance du rendement à un rythme similaire à celui de l’année dernière (+1%), tandis que le cheptel laitier de l’UE pourrait être encore réduit (-1%). »

Viande bovine : – 0,9 % en 2022

« La production de viande bovine de l’UE a légèrement diminué en 2021, de 0,3%. Cette baisse est principalement due aux replis constatés en Irlande, en Allemagne, en France et en Belgique, alors que l’Espagne et l’Italie ont sensiblement augmenté leur production après une baisse en 2020. Dans l’enquête cheptel de décembre 2021, le nombre de vaches allaitantes dans l’UE diminue de 245 000 têtes (-2,3%). Dans le même temps, le cheptel laitier recule de près de 320 000 têtes (-1,5%). En revanche, le nombre de bovins mâles de boucherie de 1 à 2 ans augmente, et ceux-ci arriveront sur le marché cette année. »

« En 2022, la production de viande bovine de l’UE devrait néanmoins baisser de 0,9%, du fait de la poursuite des ajustements dans le secteur de la viande bovine et du lait, malgré les assouplissements des mesures Covid-19 dans de nombreux pays de l’UE, une demande croissante de la restauration et les prix élevés qui en résultent. Les prix élevés des intrants, notamment ceux des aliments pour animaux, pourraient entraîner des abattages supplémentaires et conduire à un allégement des carcasses, en particulier dans les élevages bovins intensifs où les coûts d’alimentation pèseront le plus sur la rentabilité. »

BC

A visionner : Vidéo mensuelle de conjoncture laitière (Cniel, 11 avril 2022)

A télécharger :

Performances à l’export de l’agroalimentaire français (FranceAgriMer, mai 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 27 avril 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 20 avril 2022)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 13 avril 2022)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 11 avril 2022)

Prévisions agricoles du printemps 2022 (en anglais)

Lisez également

Méthanisation : une évidence agronomique

« C’est l’agronomie qui m’a poussé vers la méthanisation », souligne Julien Delleville, méthaniseur dans l’Allier. Depuis la mise en route de son unité, il économise 35 % de glyphosate sur son exploitation. Retour sur cette démarche présentée lors d’une conférence au Sommet de l’élevage.