Les coop dans la seringue

Les coopératives laitières réclament à la distribution un relèvement immédiat de 15 % de ses prix d’achat pour solder 2022, puis une nouvelle hausse de 20 % en 2023, afin de faire face à l’envolée de leurs charges.

Pascal le Brun, polyculteur-éleveur dans le Calvados, administrateur d’Agrial et nouveau président de La coopération laitière, a dressé, le 5 septembre à Paris devant la presse, un sombre tableau de la situation dans la filière laitière, à commencer par celle des coopératives. « La grande distribution nous étrangle. Nous faisons le tampon mais cela devient insupportable. »

Les coopératives, explique-t-il, doivent faire face à une envolée de leurs charges : prix du lait (+ 21 % sur les six premiers mois de 2022), énergie, emballages, transport (« avec des hausses à 2 voire 3 chiffres »), difficultés de recrutement… Dans le même temps, les prix du lait et de l’ultra-frais n’ont augmenté que de 5 à 7 % dans les rayons des grandes et moyennes surfaces, qui représentent 78 % en valeur du débouché des coop. Conclusion : les coopératives laitières ont l’obligation de « passer au minimum 15 % de hausses à la rentrée ». Pour les mêmes raisons, elles devront à nouveau relever leurs tarifs de « 20 % en 2023 » pour s’en sortir et faire face aux nouveaux défis qui s’annoncent, en particulier la « décarbonation » de leurs activités.

Viser « 500 €/1000 l »

Au-delà du court terme, et alors qu’un agriculteur sur deux prendra sa retraite dans les dix ans, la production laitière joue son attractivité pour les jeunes générations, explique Pascal Le Brun. « Il faudra aller à 500 €/1000 l. De plus en plus de producteurs ne croient plus au métier ».

Romain Déléris, producteur de lait chez Sodiaal et président des JA de l’Aveyron, invité à présenter la série de podcasts « Dans leurs bottes » (42 portraits déjà mis en ligne, dont 8 producteurs de lait), livre un discours plus enthousiaste. « Pas un ne regrette de s’être installé. Les expressions qui ressortent le plus : liberté dans le travail, variété du métier, épanouissement, bonheur. »

Sodiaal sous pression

« Dans un contexte inédit, la coopérative laitière Sodiaal a pris la décision de ne pas participer aux éditions 2022 du Salon international de l’élevage (Space), du Sommet de l’élevage et du salon AgriMax », fait savoir le conseil d’administration du groupe coopératif. « L’entière mobilisation de l’ensemble des équipes Sodiaal pour défendre le troisième et dernier round de négociations 2022 avec la grande distribution est notre priorité pour atteindre un prix du lait juste pour nos élevages. »

Dans un courrier du 19 août 2022 adressé aux parlementaires du département, la FDSEA et les JA du Finistère réclament une « commission d’enquête parlementaire relative à l’état et la gestion des finances de la coopérative (Sodiaal, NdlR) ainsi qu’à son absence de transparence envers ses adhérents coopérateurs ». Selon les deux syndicats, « les prix que la coopérative pratique ne correspondent pas aux propos de son président, et incitent inéluctablement tous les autres industriels à tirer également leur prix vers le bas ! »

BC

A télécharger :

Rapport d’activité 2021 (Sodiaal)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 16 sept. 2022)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 9 sept. 2022)

Le prix du lait dans l’UE (Commission européenne, 7 sept. 2022)

Tableau de bord européen des produits laitiers (DG Agri, 7 sept. 2022)

Collecte en baisse de 2,9% en semaine 34 (FranceAgriMer, 6 sept. 2022)

« Les producteurs restent une variable d’ajustement » (tribune France OP Lait, 29 août 2022)

Consommation d’énergie dans l’agroalimentaire (ministère de l’agriculture, août 2022)

Lisez également

La FNB s’engage avec Lidl

Un nouveau logo, le Rémunéra-score, informe le consommateur du niveau de prix payé au producteur de …