Dernières nouvelles

Les prairies démarrent bien

La production d’herbe est normale à excédentaire sur la majeure partie du territoire.

Au 20 avril 2023, la pousse cumulée des prairies permanentes est excédentaire de 15 % par rapport à la moyenne observée sur la période de référence 1989- 2018 », indique le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste du 27 mars. « Ce bon début de campagne est la conséquence de températures supérieures aux normales et à des pluies régulières, depuis le début de l’année, à l’exception de février. »

« La production nationale atteint 23,2 % de la production annuelle attendue, soit 3 points de plus que la normale. Cela ne présage en rien de la suite qui sera fonction des conditions climatiques des prochains mois. »

« La majorité du territoire connait un début de campagne favorable, à l’exception du pourtour méditerranéen, où sévit une importante sécheresse, et dans une moindre mesure le long du Rhône. La pousse est déficitaire dans seulement 9 % des régions fourragères représentant 4 % des surfaces en prairies permanentes. En revanche, elle est fortement excédentaire dans les Alpes, dans le Nord-Est, à l’Ouest et dans une bonne partie du Massif Central où se concentrent une part importante des surfaces en herbe. »

BC

A télécharger :

Baisse du prix des intrants en mars (ministère de l’agriculture, 23 mai 2023)

Bulletin mensuel de situation hydrogéologique (BRGM, 17 mai 2023)

Repli des surfaces de maïs fourrage en 2023 (ministère de l’agriculture, 16 mai 2023)

Un mois d’avril quasi normal (Avenir Prairies, 15 mai 2023)

Bulletin hebdomadaire des filières ruminants (Interbev, 11 mai 2023)

Une bonne dynamique de pousse (Chambre d’agriculture de Normandie, 9 mai 2023)

Note agroclimatique et prairies du 14 avril 2023 (Institut de l’élevage)

Stabilité des fabrications d’aliments bovins (Snia-LCAna, 27 avril 2023)

La haie, levier de planification écologique (CGAAER, avril 2023)

Population bovine au 1er avril 2023 (FranceAgriMer, 26 avril 2023)

 

Lisez également

L’art de l’adaptation

Éleveur bio dans les Ardennes, Bruno Faucheron s’appuie sur l’herbe pour nourrir 100 (+/- 20) vaches selon la valeur et le volume des fourrages de l’année.