L’Excellence bio pour des Jersiaises

Clément Nédellec, à la tête d’un élevage de 190 Jersiaises, a reçu, le 22 septembre sur le salon Tech&Bio, un trophée de l’Excellence bio.

Le Gaec de Loran, basé à Saint-Maur dans le Gers, produit un lait bio riche en protéines livré à Biolait. Coorganisatrice des trophées de l’Excellence bio avec le Crédit Agricole, l’Agence bio met vante « un système intégralement vertueux pour l’environnement » et retrace, dans un communiqué, le parcours de l’éleveur.

« Après un an passé en Nouvelle-Zélande à découvrir un système agricole autre que celui qu’il connaissait auparavant, Clément Nédellec, jeune diplômé d’un BTS en production animale, retrouve ses parents dans le Gers, la tête pleine d’idées nouvelles. Déterminé à explorer de nouvelles méthodes de production biologique, il se tourne en 2015 vers la production de lait avec une alimentation 100 % à l’herbe. »

Une traite par jour

« Sa force ? Les 190 vaches Jersiaises, des vaches rustiques qui pâturent de mars à décembre. Les prairies multi-espèces de son domaine permettent en cela une grande qualité de lait, riche en matière protéique, matière grasse, acides gras omégas 3 et 6. Elles captent le carbone et augmentent le taux de matière organique, s’inscrivant alors dans une démarche environnementale. Clément a pensé à tout : l’été, la production de lait est rendue possible par un système d’irrigation original adapté aux prairies, économe en eau et en énergie, et conçu par des fabricants locaux. Mais Clément ne s’est pas arrêté là. Grâce au rythme d’une traite par jour et au tarissement, sa démarche offre une qualité de vie jusqu’alors inconnue des éleveurs laitiers. »

« En plus de limiter l’impact environnemental de son agriculture, Clément vise la valorisation de l’aspect social de la profession, notamment par la création d’emplois. L’un de ses fers de lance réside en la transmission du savoir : ainsi, le Gaec de Loran ouvre ses portes aux étudiants en agriculture, leur faisant découvrir un mode de production réellement reproductible. »

BC

Programme Cap protéines bio (ministère de l’agriculture/Institut de l’élevage, septembre 2021)

Lisez également

Le lait bio « n’est pas en crise »

Si « l’offre est momentanément supérieure à la demande, rien ne laisse penser qu’un palier de …