Pac 2023 : lettre ouverte de la FNB

« Diminuer encore les aides couplées au secteur bovin allaitant pour compenser la convergence serait une erreur politique injustifiable », alerte la FNB.

Dans une lettre ouverte du 31 mai 2021, la Fédération nationale bovine (FNB) dit à nouveau les inquiétudes que lui inspirent les premiers arbitrages du ministre de l’agriculture, Julien Denormandie, sur le plan stratégique national (PSN) préparant la Pac 2023.

D’abord, « le transfert progressif des aides couplées animales vers celles aux protéines végétales [privera] notre secteur bovin allaitant de 80 millions d’euros de soutiens directs (…) Et les choses pourraient ne pas en rester là. En effet, vous avez formulé, dans vos annonces, cette menace supplémentaire pour nos exploitations : nos aides couplées pourraient, encore, être revues à la baisse pour être en partie « transférées » vers le secteur laitier. Pourquoi ? Pour « compenser la convergence ». Dit autrement, pour les non-adeptes du vocabulaire de la Pac : pour « faire payer » aux éleveurs allaitants, qui disposent aujourd’hui, en moyenne, d’un montant d’aide découplée à l’hectare globalement inférieur à la moyenne nationale, la revalorisation de ce montant, pourtant imposée à la France par l’Union européenne, dans une logique d’égalité entre agriculteurs et entre territoires. »

« Quelle logique politique y-a-t-il derrière tout cela ? (…) Quelle cohérence y-a-t-il à demander [aux] naisseurs-engraisseurs de payer deux fois la convergence : en diminuant le montant de leurs aides à l’hectare, d’abord, puis en les privant de leurs aides couplées, ensuite ? Le tout dans la même réforme ! Dans la situation d’extrême urgence qu’est la nôtre, Monsieur le Ministre, toute baisse d’aides est difficile à accepter. Mais c’est encore plus vrai lorsque cette baisse ne repose sur aucun projet. Lorsqu’elle se fonde sur un argumentaire irrationnel et biaisé. Aussi, toute diminution supplémentaire des aides couplées aux bovins allaitants pour « compenser la convergence » serait une erreur politique injustifiable. »

BC

A télécharger : Les effectifs de bovins au 1er mai 2021 (FranceAgriMer, 1er juin 2021)

Lisez également

Sécheresse et prairies : peut faire mieux

L’indemnisation des sécheresses sur prairies en 2019 et 2020 n’a satisfait personne. Un rapport formule …