Partenariat Nestlé-ULM

Nestlé s’associe à l’Union Laitière de la Meuse (ULM) pour réduire de 20 % l’empreinte carbone de ses produits élaborés à l’usine de Challerange (Ardennes).

« Nestlé France est fier d’annoncer la signature d’un contrat de partenariat sur cinq ans avec la coopérative Union Laitière de la Meuse (ULM) », « fournisseur historique de lait frais destiné à l’usine de Challerange pour les marques Nescafé Dolce Gusto® et Ricoré® depuis 13 ans (…) Cette collaboration a pour objectif d’engager près de 30 exploitations laitières d’ici fin 2023 », précise un communiqué commun du 5 septembre.

« Alors que la filière laitière représente près de 6 % des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle nationale, Nestlé France s’est inscrit dans le programme Ferme Laitière Bas Carbone en 2021. Cette initiative, portée par l’interprofession laitière, vise à réduire l’impact carbone de la filière en soutenant les éleveuses et les éleveurs dans leurs efforts de réduction des émissions de gaz à effet de serre. »

« En 2022, Nestlé France s’est associé à l’Institut de l’élevage (Idele) avec pour objectif d’engager 80 % des éleveurs de la chaîne d’approvisionnement en lait frais dans le programme Ferme Laitière Bas Carbone. Six exploitations pilotes adhérentes de l’ULM ont également participé à la construction du programme. Avec cette signature, la démarche Ferme Laitière Bas Carbone franchit un cap important et ambitionne d’engager près de 30 exploitations laitières d’ici à la fin de l’année 2023 ».

La micro-méthanisation demain ?

« Ce partenariat avec l’Union Laitière de la Meuse permettra à Nestlé France de réduire jusqu’à 20 % l’empreinte carbone générée par la filière laitière tout au long de sa chaîne de valeur. Cette collaboration s’inscrit ainsi parfaitement dans notre démarche Ferme Laitière Bas Carbone initiée depuis 2021, ainsi que dans l’objectif du Groupe Nestlé de réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre sur l’ensemble de nos activités d’ici 2025, de 50 % d’ici 2030 et de zéro émission nette d’ici 2050 », souligne Charles Leonardi, directeur général de la chaîne d’approvisionnement de Nestlé France.

« Les éleveurs bénéficieront d’un support technique et d’un accompagnement financier dès leur engagement dans la démarche. Ce support est réalisé par des organismes partenaires tels que le Bureau Technique de Promotion Laitière, Avenir Conseil Elevage et les chambres d’agriculture. Ce support technique est financé par Nestlé France. Ils auront également la possibilité de bénéficier d’un accompagnement technique et financier pour d’autres projets, tels que l’agroforesterie et/ou la micro-méthanisation. »

« Chaque éleveur se verra proposer des leviers d’action adéquats à son exploitation et à ses objectifs par un conseiller en élevage de l’ULM. Cette initiative engage la coopérative dans la lutte contre le changement climatique et intègre son message qui est de dynamiser durablement la ferme ULM au cœur du Grand Est », précise encore le communiqué.

BC

A télécharger :

Conjoncture du lait bio (Cniel, 21 sept. 2023)

Tableau de bord hebdomadaire laitier (FranceAgriMer, 14 sept. 2023)

Tableau de bord européen des produits laitiers (DG Agri, 13 sept. 2023)

Lisez également

5 €/1000 l pour le bas-carbone

Sodiaal met en place une prime et des fermes pilotes pour améliorer le bilan carbone des élevages.