Prix du lait : les indicateurs sont au vert

La Commission européenne table sur une progression des prix du lait dans l’UE en 2021.

« La bonne demande mondiale et européenne en produits laitiers devrait encore s’améliorer avec la réouverture des services alimentaires, en particulier au second semestre 2021. Elle pourrait continuer à soutenir les prix des produits laitiers dans l’UE et se traduire par une hausse des prix du lait cru payés aux éleveurs dans l’UE », pronostique la Commission européenne dans ses prévisions agricoles de printemps rendues publiques le 30 mars 2021.

« La production laitière européenne devrait progresser de 1% en 2021, sous l’action conjuguée d’une hausse du rendement moyen (+2%) et d’une nouvelle réduction du cheptel (-1% dans l’UE, mais +4% en Irlande). La production est également attendue en hausse en Pologne (+2%), en Italie (+2,5%) et aux Pays-Bas (+1%) alors qu’elle serait à peu près stable (+0,2%) en France et en Allemagne. »

« L’UE compétitive »

« Depuis le début de l’année 2021, les prix des produits laitiers européens sont en phase ascendante. Cela est dû à une demande soutenue dans le monde comme sur le marché domestique. Jusqu’en mars 2021, les prix du beurre et du lactosérum ont connu les plus fortes hausses (+13%), suivis par ceux des poudres grasses (+11%) et écrémées (+9%). »

« Le prix du beurre dans l’UE se situe actuellement à 3 800 €/t, un niveau observé pour la dernière fois en juillet 2019. Combiné à une hausse du prix du lait en poudre, le prix de l’équivalent lait dans l’UE devrait également augmenter, ce qui inciterait davantage la croissance de la production laitière et compenserait le coût des aliments achetés. Le prix du lait cru dans l’UE a atteint près de 350 €/t en janvier, bien au-dessus de la moyenne quinquennale. »

« Malgré la hausse des prix intérieurs, l’UE reste compétitive sur le marché mondial, notamment pour le beurre et la poudre grasse. Début mars, le prix du beurre dans l’UE était de 26% inférieur au prix océanien et de 11% pour la poudre grasse. Dans le cas du cheddar, les prix de l’UE sont presque au même niveau que ceux des États-Unis (seulement 1,3% au-dessus). Au contraire, les États-Unis sont plus compétitifs pour la poudre maigre (11% en dessous du prix de l’UE). »

BC

A télécharger :

Short-term outlook for EU agricultural markets in 2021 (DG Agri, 30 mars 2021)

L’économie laitière en chiffres (Cniel, 30 mars 2021)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 2 avril 2021)

La production laitière française entre stagnation et rebond (Académie d’agriculture de France, 1er mars 2021)

Lisez également

Le lait bio « n’est pas en crise »

Si « l’offre est momentanément supérieure à la demande, rien ne laisse penser qu’un palier de …