Sodiaal autorisé à récupérer Yoplait

L’Autorité de la concurrence ne met pas de conditions au retour de Yoplait chez Sodiaal.

« Le groupe coopératif Sodiaal a notifié à l’Autorité de la concurrence, le 3 septembre 2021, son projet d’acquisition du contrôle du groupe Yoplait (hors activités nord-américaines). Au terme de son examen, l’Autorité a autorisé l’opération sans conditions », indique celle-ci dans un communiqué du 8 octobre.

« Après un examen attentif, l’Autorité estime que l’opération n’est pas de nature à porter atteinte à la concurrence » dans la mesure où elle « entraîne uniquement un chevauchement d’activité limité sur certains marchés de la transformation et de la commercialisation de produits laitiers (crèmes conditionnées et lait fermenté, à destination des enseignes de la grande distribution et des acteurs de la restauration hors foyer). L’Autorité a écarté tout risque d’atteinte à la concurrence sur ces marchés compte tenu des parts de marché généralement limitées de la nouvelle entité, de l’existence de concurrents puissants (comme par exemple Lactalis avec Bridel, Laïta avec Paysan Breton), et du contre-pouvoir des acheteurs s’agissant des ventes à la grande distribution. »

« Pas d’effets verticaux »

« L’opération entraîne également la création de liens congloméraux (1) entre les gammes de produits et les portefeuilles de marques respectifs de Sodiaal et de Yoplait. Néanmoins, l’Autorité a exclu tout risque d’effets congloméraux. Elle a notamment conclu que la nouvelle entité n’aura pas la capacité de verrouiller ces marchés en imposant des ventes liées compte tenu notamment du fait qu’elle restera confrontée à l’existence de concurrents puissants. »

« Enfin, l’opération entraîne la création de liens verticaux (2) entre les activités préexistantes opérées en amont par Sodiaal (dont, particulièrement, ses activités de collecteur de lait de vache) de la chaîne de valeur et en aval par Yoplait. Sur les marchés amont de la collecte de lait de vache et aval de la transformation et de la commercialisation de produits laitiers, l’Autorité a considéré que l’opération n’était pas de nature à engendrer des effets verticaux. Elle a tout particulièrement écarté l’éventualité d’une éviction des concurrents de Yoplait qui s’approvisionnent aujourd’hui auprès de Sodiaal en lait de vache, notamment compte tenu du fait que ces relations d’approvisionnement sont encadrées par des contrats de longue durée, que la nouvelle entité restera tenue de continuer à les approvisionner en lait pendant plusieurs années et qu’elle restera encore confrontée à l’existence de collecteurs de lait de vache concurrents majeurs (comme par exemple Lactalis, Savencia et Agrial). »

BC

(1) « Des effets congloméraux sont susceptibles de se produire lorsque la nouvelle entité étend ou renforce sa présence sur des marchés différents de ceux sur lesquels elle exerce mais dont la connexité peut lui permettre d’accroître son pouvoir de marché », explique l’Autorité.

(2) « Les effets verticaux sont étudiés lorsque l’opération réunit des acteurs présents à différents niveau de la chaîne de valeur. L’Autorité étudie si l’opération peut permettre à l’entité d’évincer les concurrents ou de les pénaliser par une augmentation des coûts. »

A lire également : Yoplait rentre au bercail (23 mars 2021)

Lisez également

Le lait bio « n’est pas en crise »

Si « l’offre est momentanément supérieure à la demande, rien ne laisse penser qu’un palier de …