Plus de lait dans l’UE, moins de viande

La collecte est attendue en hausse sur la fin de l’année, ce qui pourrait « limiter » l’augmentation saisonnière du prix du lait cet hiver dans l’UE.

« Malgré des conditions météorologiques favorables pour les pâturages de l’UE, la production laitière est restée stable entre janvier et juillet 2021, constate la Commission européenne dans ses prévisions d’automne publiées le 8 octobre. Avec une stabilité persistante au 3e trimestre et des livraisons plus élevées au 4e trimestre, la collecte de lait de l’UE pourrait augmenter d’environ 0,3% par rapport à 2020. L’augmentation des abattages de vaches, pesant à la baisse sur le troupeau laitier (-0,9%), pourrait être compensée par des rendements en hausse (+1,3%), mais moins qu’attendu du fait de la cherté des aliments achetés. »

Côté marchés, « les prix stables du fromage et la récente augmentation des prix des autres produits laitiers de l’UE, soutenus par la demande chinoise en particulier, continuent de soutenir le prix du lait cru dans l’UE, qui reste plutôt stable depuis avril. Avec un ralentissement attendu de la demande chinoise, une demande potentiellement plus faible sur certains marchés plus sensibles aux prix et une augmentation de l’offre de lait de l’UE dans les mois à venir, l’augmentation saisonnière du prix du lait de l’UE en hiver devrait être limitée. »

« Le fromage et la crème ont continué d’être les principales options de transformation, soutenus par de bonnes exportations de l’UE. Cependant, davantage de beurre et de lait écrémé en poudre devraient être produits dans les mois à venir, probablement pour couvrir la demande intérieure, car les prix de l’UE sont actuellement moins compétitifs sur les marchés mondiaux (en particulier sur les marchés sensibles aux prix en Afrique et en Asie qui ont réduit leur demande). La production de lait de consommation devrait revenir à la tendance à la baisse d’avant Covid-19, mais les exportations de produits laitiers frais devraient augmenter. »

« En 2022, en supposant des conditions météorologiques normales et une reprise de la demande, la production laitière de l’UE pourrait augmenter à un rythme plus élevé (+0,6%), soutenue par des rendements en augmentation (+1,5%), tandis que le troupeau laitier pourrait diminuer à un rythme similaire à celui de 2021 », pronostique la Commission.

Abattages supplémentaires au 2e semestre

Au 1er semestre 2021, la production de viande bovine de l’UE a diminué de 0,5 % en volume en glissement annuel, mais la situation est très variable selon les États membres, poursuit la Commission. « La principale contribution à cette baisse est venue de l’Irlande (-7% soit -41 000 t). Cela était principalement dû aux incertitudes entourant la gestion de la frontière entre le Royaume-Uni et l’Irlande après la sortie du Royaume-Uni du marché unique, et à l’anticipation de tensions potentielles qui ont conduit à une production plus élevée à la fin de 2020. La production bovine en Allemagne a diminué de -1,5% (16 000 t) au 1er semestre, reflétant une réduction du cheptel bovin et une faible demande de la restauration liée aux mesures Covid-19. En Espagne, au contraire, la production a augmenté de 6,3 % (20 000 t). Des prix favorables dans un marché intérieur tendu et un troupeau de vaches en augmentation sont à la base de cette évolution. »

« En raison des prix plus élevés des aliments pour animaux, des abattages supplémentaires peuvent être attendus au second semestre 2021. De plus, l’amélioration progressive de la situation économique et les prix actuellement favorables dans l’UE limiteront la nouvelle baisse de la production de viande bovine, à seulement -0,5% en 2021, avant qu’elle ne reprenne sa tendance baissière en 2022 (-0,9%), anticipe la Commission. L’évolution à la baisse de la consommation apparente pourrait se poursuivre en 2021 (-0,6%), malgré la reprise attendue de la demande au second semestre 2021. »

BC

A télécharger :

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 8 octobre 2021)

Conjoncture viandes (FranceAgriMer, 11 octobre 2021)

 

 

Lisez également

Le lait bio « n’est pas en crise »

Si « l’offre est momentanément supérieure à la demande, rien ne laisse penser qu’un palier de …