« Prix stables en 2020 » (Lactalis)

Le groupe laitier affirme avoir maintenu le prix du lait « à un niveau très proche de 2019 » mais avertit que « les perspectives pour les mois à venir s’avèrent difficiles à établir ».

2020 aura été « une année constructive entre les producteurs de lait et Lactalis », affirme le n° 1 français et mondial (14 000 élevages collectés) des produits laitiers dans un communiqué du 29 janvier. « Malgré les difficultés liées à la pandémie, les prix du lait ont été maintenus en 2020 à un niveau très proche de celui de 2019. Sur les 5,2 milliards de litres de lait collectés en France par le Groupe Lactalis, le prix total payé, tous laits de vache confondus, aura été de 369 €/1000 l. Et ce, bien que 30% des volumes aient été transformés en ingrédients valorisés en 2020 à moins de 300 €/1000 l. Les produits vendus en grande distribution en France ont permis une amélioration de la valorisation à 384 €/1000 l en lait conventionnel, toutes primes confondues, payé aux producteurs du groupe. Ainsi, en 2020, comme en 2019, le prix total du lait conventionnel payé par le Groupe Lactalis est supérieur à celui payé par les grandes laiteries coopératives dont le mix produit est similaire (source : FranceAgriMer). »

Une « année constructive » avec les OP

« En application de la loi Egalim, le Groupe Lactalis s’est immédiatement engagé dans une dynamique de contractualisation en élaborant des contrats-cadres avec l’ensemble des Organisations de Producteurs. En premier lieu, le Groupe Lactalis a signé un accord-cadre avec l’UNELL, principale association d’Organisations de Producteurs représentant près de 4 300 exploitations laitières livrant plus de 2 milliards de litres de lait au Groupe. Cet accord cadre conforte et inscrit dans la durée la relation entre les différentes parties prenantes. Le Groupe Lactalis a également signé un accord-cadre avec l’Organisation de Producteurs France Milk Board (FMB) et l’organisation OPLB. Au total, avec les producteurs indépendants, plus de 9 500 producteurs sont donc engagés dans la même démarche avec le Groupe Lactalis et les discussions se poursuivent avec les autres Organisations de Producteurs. »

« Ruissellement » en faveur des éleveurs

« Un des axes majeurs de ces accords est l’intégration des coûts de production des producteurs de lait, en complément des indicateurs de mise en marché, dans la formule du prix. Cette détermination du prix s’appuie sur le mix-produit du Groupe Lactalis et ses différents marchés. Lactalis est l’une des seules entreprises laitières françaises à avoir intégré les coûts de production des producteurs dans la formule de prix du lait pour la partie destinée au marché français. Par ailleurs, conformément aux engagements pris au moment des accords Egalim en 2019, le Groupe Lactalis a redistribué aux producteurs 100 % des augmentations tarifaires obtenues auprès de la Grande Distribution. Ce ruissellement a été certifié par un cabinet indépendant. »

Lait bio : +13% et ça va continuer

« Le Groupe Lactalis est particulièrement investi dans la filière bio depuis plus de 25 ans et propose un prix payé aux producteurs-partenaires plus élevé que les autres acteurs français. En 2020, le prix du lait bio s’élevait à 490 €/1000 l, restant ainsi stable par rapport à 2019, avec une augmentation de 13% des volumes, une tendance qui devrait perdurer en 2021. »

De « nouvelles initiatives » en 2021

« Les perspectives pour les mois à venir s’avèrent difficiles à établir tant les incertitudes sur l’évolution de la crise sanitaire et ses conséquences économiques sont encore nombreuses. Comment évolueront la demande globale de produits laitiers et la production laitière ? Quels arbitrages adopteront les consommateurs parfois contraints par une baisse de leur pouvoir d’achat ? Comment évolueront nos exportations en Europe, et dans le reste du monde ? Quelle sera l’évolution des cours de matières premières impactant directement la valorisation de nos exportations ? L’année 2021 s’ouvre donc avec de nombreux défis que le Groupe Lactalis est déterminé à relever. La valorisation du lait s’appuiera notamment sur l’acceptation de hausses de prix par la grande distribution. La valorisation du lait reposera également sur la réponse apportée aux consommateurs toujours plus attentifs à la préservation de l’environnement et à la qualité des produits, sujets sur lesquels le Groupe Lactalis, avec les principales Organisations de Producteurs, travaille à de nouvelles initiatives. »

BC

A télécharger : Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 5 février 2021)

Lisez également

Les prix agricoles ralentissent

Les prix du lait et de la viande bovine, au plus haut depuis le début …