Sourches : 13 000 données par jour pour la recherche

Sourches : 13 000 données par jour pour la recherche

La Station de Sourches, plus grande station de recherche privée en Europe, mène une série d’essais sur l’alimentation des vaches laitières. La rigueur apportée à ces études permet à Mixscience de tester de nouveaux aliments ou additifs et d’affiner ses connaissances pour améliorer les préconisations à destination des éleveurs. Chaque jour, ce sont plus de 13 000 données qui sont ainsi collectées sur le cheptel laitier. Retour sur le travail expérimental de cette station.

La mission de Sourches est double. En effet, si cette station de recherche appliquée assure la production de plus d’un million de litres de lait par an, elle génère également un flot continu de données sur les bovins. Plus de 13 000 données sont collectées chaque jour. Celles-ci concernent notamment le comportement alimentaire des vaches, leur état de santé, leurs performances… Chaque année, les ingénieurs de la société MixScience, filiale du Groupe Avril, collectent ainsi près de 5 millions d’informations relatives à la centaine de Holsteins en production, aux génisses et aux veaux. Toutes ces données sont passées au crible par des automates de collecte ou par le personnel qualifié de la station. Les informations recueillies proviennent des auges sur pesons (chaque vache est identifiée à son arrivée et à chaque passage son ingestion est mesurée), mais aussi des robots de traite (conductivité du lait, production…), du Herd Navigator pour la détection des chaleurs, du robot d’alimentation, des DAC (distributeur automatiques de concentrés), du contrôle laitier effectué chaque semaine et d’analyses ponctuelles de sang ou d’urine. Sourches mène aussi bien des études sur les laitières, que sur les vaches taries et les génisses. Une partie de ces données sont générées directement par le personnel de la station, comme la note d’état corporel. D’ailleurs, les informations collectées par les différents automates sont toujours mises en parallèle avec les observations du personnel travaillant quotidiennement sur la station.

Une formation au bien-être animal

Les employés bénéficient de formations régulières sur le comportement des vaches (Cowsignals® notamment). Ils notent également les éventuelles lésions sur les aplombs et appliquent la notation officielle. « Nous avons toujours mené des essais au sein de Sourches, souligne Jérôme Boudeele, ingénieur ruminants chez Mixscience. Les objectifs visés sont divers et variés : tester de nouveaux additifs, enquêter sur les effets d’une ration, sur les performances zootechniques ou la santé ou encore améliorer la conduite du troupeau, donner de meilleures préconisations aux éleveurs. Ce dernier objectif est plus nouveau. Il s’agit par exemple de mesurer les effets de la fréquence de distribution de la ration sur l’efficacité alimentaire. La méthode de distribution de l’alimentation s’avère en effet presque aussi importante que la composition de la ration. Ainsi, nous avons scindé la ration en trois repas programmés à 6, 12 et 16 heures. Le but étant de trouver un compromis entre la distribution d’un fourrage frais et appétant et  minimiser les perturbation du cycle de repos de nos vaches laitières ». Chaque année, 4  à 5 essais d’une durée de 2,5 à 3 mois sont ainsi menés sur le cheptel laitier. Le travail de recherche s’appuie toujours sur la comparaison des performances zootechniques de deux lots : un groupe témoin et un lot ayant reçu une ration particulière faisant l’objet de l’étude. La constitution des lots s’attache à garantir l’homogénéité des 2 groupes sur rang de lactation, stade de lactation, production laitière, taux et cellules… Cette efficacité dans la définition des lots va ensuite garantir des résultats expérimentaux fiables très difficiles à obtenir avec ce niveau de maîtrise des paramètres d’élevage lors d’essais simples de terrain. Compte tenu de la rigueur scientifique, les travaux peuvent alors faire l’objet de publications. Comme cette année, aux 3 R (Rencontres autour de la Recherche sur les Ruminants), où l’essai sur l’enzyme améliorant la digestibilité de la ration a fait l’objet d’un poster. Pour les taries, les différents travaux effectués permettent notamment de quantifier l’impact de différents aliments, les effets de la teneur en énergie ou de la Baca sur la santé des vaches, sur leur démarrage en lactation et sur le niveau d’expression du pic laitier. L’utilisation de Dac permet de maîtriser le niveau des apports d’aliments. Pour les veaux et les génisses, Sourches contribue à affiner le programme de gestion sanitaire durable proposé ensuite par les techniciens Sanders aux éleveurs. Le but étant notamment d’accompagner les veaux dès leurs premiers jours de vie face aux challenges immunitaires. Les veaux sont pesées régulièrement afin de suivre leur courbe de croissance.

Des essais sur une période 3 à 4 semaines

Pour les essais sur vaches laitières, les travaux débutent par une période de 3 à 4 semaines où les animaux bénéficient de la ration témoin puis l’expérimentation débute et chaque groupe de vaches se vient ensuite attribuer leurs rations spécifiques. L’expérimentation dure 6 à 8 semaines, ensuite les vaches repartent sur la ration témoin de l’essai suivant.

Toutes les données rentrent ensuite dans une base de données gérée par les ingénieurs R&D de Mixscience, certaines sont utilisées rapidement alors que d’autres vont permettre d’accumuler des informations pour un traitement ultérieur. Le traitement statistique des données va permettre ensuite de les utiliser pour en sortir de précieux renseignements à destination des experts ruminant en charge de déployer les solutions applicables en élevage. Les éleveurs bénéficient rapidement des découvertes effectuées dans la station sarthoise. Ainsi, le programme PMS (Protéines Métabolisables) a été validé par un programme d’essais. Ce dernier permet de réduire la teneur en protéines des rations sans effets sur les performances zootechniques des vaches laitières. Il faut en général un à deux ans pour que les éleveurs bénéficient des innovations testées à Sourches.

E.L.D.

Extrait de Grands Troupeaux Magazine de mai  2019

La station de Sourches en bref

Station de recherche, vitrine technique du groupe Avril, la station de Sourches remplit également la mission d’une exploitation laitière classique. Outre l’automatisation de la traite et de l’alimentation, ses caractéristiques sont les suivantes :

  • Un cheptel laitier de 100 Holsteins de génétique française avec un gabarit assez imposant et une orientation récente prise vers la qualité des aplombs ;
  • une production moyenne par vache de 11 000 litres avec un TP de 33 g/l et un TB de 40 g/l ;
  • une production de 1,1 million de litres contractualisée auprès de Lactalis ;
  • une surface agricole utile de 206 ha dont 80 ha de blé (85 q/ha de rendement moyen), 20 ha de colza (40 q/ha), 60 ha de maïs ensilage (maïs Hdi, lutte biologique contre la pyrale avec 40 Ha de RGI produit en dérobée avant l’implantation du maïs), et le reste en luzerne et une association de ray-grass anglais et de trèfle violet ;
  • un sol de type limon argileux, riche en matière organique ;
  • une fréquentation du robot atteignant 2,65 traites/jour et un passage du wagonnet d’alimentation 3 fois/jour ;
  • un dispositif expérimental composé d’auges sur pesons permettant de mesurer individuellement la quantité d’aliments ingurgitée par vache ;
  • chaque semaine, le TP, le TB, le comptage cellulaire et l’urée sont analysés individuellement dans un échantillon de lait prélevé.

 

54321
(0 votes. Average 0 of 5)