UE : collecte et prix vont diverger

UE : collecte et prix vont diverger

La Commission européenne anticipe une hausse de 0,4% de la production laitière dans l’UE en 2020, comme l’année précédente. Le cheptel est attendu en baisse de 0,7%, après un repli de 1,2% en 2019.

« Depuis février, le prix de la poudre de lait écrémé dans l’UE a chuté de 17% à 2 180 €/t. Celui de la poudre grasse a reculé de 6% à 2 850 €/t depuis le début de 2020, celui du beurre de 7% à 3 420 €/t. Le prix du fromage est demeuré relativement stable (3 080 €/t). Consécutivement à la dévalorisation de la poudre et du beurre, le prix du lait est attendu en baisse dans les prochains mois. La hausse saisonnière de la collecte et les restrictions liées au confinement pourraient peser sur le prix du lait pendant une longue période », avertit la Commission dans ses prévisions de printemps diffusées le 20 avril. Les fabrications de poudre écrémée sont escomptées en hausse de 2,5% en 2020, celles de beurre de 1,2%. La production européenne de fromage est attendue en hausse (+0,6%), de même que la consommation (+0,3%) et les exportations (+1,5%), tirées par la demande asiatique.

Les prix des vaches « sous pression »

La Commission table sur un repli de 0,6% de la production de viande bovine en 2020, après une érosion de 0,9% en 2019. Consommation, exportations et importations varieraient de moins de 1% cette année. « Le Covid-19 n’a pas encore affecté les exportations européennes, y compris celles d’animaux vivants, mais les dysfonctionnements logistiques (la pénurie de chauffeurs routiers par exemple) font peser un risque (…) Les prix, déjà en baisse au début 2020, font face à une pression croissante, y compris ceux des vaches. »

BC

A télécharger :

La conjoncture laitière au 23 avril (Cniel, 24 avril 2020)

Impact du Covid-19 sur la filière lait (FranceAgriMer, 24 avril 2020)

54321
(0 votes. Average 0 of 5)