Dernières nouvelles

6 €/1000 l en défaveur du lait bio

En avril, le lait standard conventionnel a été payé 406 €/1000 l en moyenne. Le lait bio à peine 400 €/1000 l. Du jamais-vu.

« En avril 2022, pour la première fois, les prix du lait conventionnel sont supérieurs à ceux du bio », constate le ministère de l’agriculture dans une publication Agreste mise en ligne le 15 juin. « Le prix standard du lait conventionnel, en hausse de près de 23 % sur un an, s’établit ainsi à 406 €/1000 l, soit 6 €/1000 l de plus que le lait bio qui continue de se replier (- 1,8 %). » Une situation qu’avait anticipée l’Institut de l’élevage.

Les prix des laits conventionnels à teneurs réelles « continuent de progresser nettement dans tous les bassins de production par rapport à avril 2021. Sur un an, les hausses dépassent 18 % dans la plupart des grands bassins laitiers tels que le Grand-Ouest, Normandie et Nord-Picardie. »

Collecte en berne

En avril 2022, la collecte française de lait de vache continue de baisser (- 2 % par rapport à avril 2021). Elle est « en retrait dans tous les bassins, les deux plus importants (Grand-Ouest et Normandie) étant cependant un peu moins touchés ».

Dans l’UE, la collecte « recule de 0,5 % sur un an, mais reste stable en cumul annuel. La collecte est toujours orientée à la baisse dans les principaux pays producteurs (Allemagne, France, Pays-Bas), mais en nette hausse en Italie et en Pologne. »

BC

A télécharger :

Lettre ouverte de la filière bio aux distributeurs (28 nov. 2022)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 17 juin 2022)

La collecte s’enfonce dans le rouge (FranceAgriMer, 14 juin 2022)

Note agro-climatique et prairies (Institut de l’élevage, 14 juin 2022)

Les marchés mondiaux des produits laitiers (Institut de l’élevage, juin 2022)

Lisez également

Méthanisation : une évidence agronomique

« C’est l’agronomie qui m’a poussé vers la méthanisation », souligne Julien Delleville, méthaniseur dans l’Allier. Depuis la mise en route de son unité, il économise 35 % de glyphosate sur son exploitation. Retour sur cette démarche présentée lors d’une conférence au Sommet de l’élevage.