« Gardez vos animaux en ferme ! »

Par cet appel, la FNB entend créer un rapport de force pour obtenir un prix minimum pour les éleveurs. La Confédération paysanne appuie la démarche.

« Face au silence du Gouvernement et à l’attitude irresponsable des acteurs de l’aval de sa filière, la Fédération nationale bovine (FNB) appelle les éleveurs à retenir, au maximum, leurs animaux en ferme », annonce un communiqué du 15 avril. « Alors que les consommateurs achètent de plus en plus de viandes bovines françaises en grandes surfaces et en boucheries et que, contre toute logique de marché, le prix payé aux éleveurs, lui, continue de baisser, la FNB rappelle la demande urgente qu’elle a formulée, il y a plus de 15 jours, au Gouvernement : instaurer un prix minimum payé aux éleveurs, à hauteur de leur coût de production. » Dans une lettre ouverte du 29 mars adressée au ministre de l’agriculture, la FNB estimait que les animaux sont payés à un prix inférieur d’un euro du kilo, en moyenne, à leur coût de production.

« Les signaux de marché sont au vert »

« La réunion des acteurs de la filière viande bovine qui s’est tenue ce mardi 14 avril, au sein de l’interprofession (Interbev), en témoigne : comme le confirment les représentants de l’ensemble des maillons de la chaîne d’approvisionnement, les signaux de marché sont au vert, dans le secteur. Les grandes surfaces et les boucheries réalisent même d’excellents chiffres de ventes, sur tous les morceaux, d’autant plus que la saison des barbecues démarre. Dans le même temps, le prix payé aux éleveurs reste très en dessous de leur coût de production. Et pendant que la crise du Covid-19 permet à quelques acteurs de l’aval de la filière de réaliser de très bons profits, l’absence de rémunération des éleveurs met en péril la pérennité de la production de viandes bovines, en France. »

Pour Bruno Dufayet, président de la FNB, « le maintien des animaux en ferme est une décision difficile à prendre pour les éleveurs car nous avons à cœur de continuer à proposer aux citoyens des viandes de qualité. Mais c’est aussi, malheureusement, la seule option qui nous reste, aujourd’hui. Pourtant, alors que le Gouvernement semble faire de la souveraineté et de l’indépendance alimentaires de la France une priorité, cela devrait commencer par assurer le maintien de notre production agricole, en permettant aux éleveurs de vendre leurs animaux à un prix couvrant leur coût de production ! C’est la seule demande que nous avons faite au Ministre de l’Agriculture depuis le début de la crise du Covid-19. Et c’est la seule demande que nous lui renouvelons aujourd’hui », conclut le communiqué.

Soutien de la Confédération paysanne

« Du fait de la crise, la demande et la consommation en viande ont évolué, il est vrai. Les volumes consommés restent toutefois importants. Or, les industriels et la grande distribution continuent leurs pratiques malsaines de baisse des prix, en achetant aux
producteur.trice.s bien en deçà du prix de revient. Ce faisant, ils mettent en péril la viabilité des élevages sur tout le territoire », écrit la Confédération paysanne dans un communiqué du 17 avril.

Le syndicat « rejoint ainsi la demande de régulation de la FNB et des JA . Nous précisons toutefois que cette régulation devra être poursuivie bien au-delà de la crise. Seule une maîtrise au long cours des volumes garantira en effet un prix rémunérateur aux éleveur.euse.s et assurera la pérennité de tous les élevages sur le territoire. »

Le Modef ne s’associe pas à l’appel

En revanche, le Modef a dit son désaccord, le 28 février dans un communiqué, estimant qu’il est « utopique de penser qu’il est possible de créer une pénurie de viande sur le marché pour revaloriser les prix ». De plus, une telle mesure, lors de sa levée, « entraînerait une chute des prix et une augmentation des délais d’abattage », selon le syndicat.

(-)

A lire également : Viande bovine : « pas de catastrophe à venir » sur le marché (9 avril 2020).

A télécharger :

Baisse des abattages de bovins en mars 2020 (ministère de l’agriculture, 30 avril 2020)

Tableau de bord hebdomadaire des viandes (FranceAgriMer, 24 avril 2020)

Tableau de bord hebdomadaire des viandes (FranceAgriMer, 17 avril 2020)

Tableau de bord hebdomadaire des viandes (FranceAgriMer, 10 avril 2020)

Lisez également

Méthanisation : quand la justice s’en mêle

La Confédération paysanne s’estime « légitimée à agir contre les dérives de la méthanisation » par un jugement …