Imbroglio autour des OP

L’entrée annoncée des OP au Cniel est une « mascarade », estime France OP Lait.

A l’occasion d’une conférence de presse, le 17 janvier dernier, « Thierry Roquefeuil, président de l’interprofession laitière, a annoncé en grandes pompes l’entrée des OP au Cniel », rapporte France OP Lait dans un communiqué du 23 janvier. « France OP Lait ne peut que s’étonner de cette annonce. Non seulement toutes les décisions ont été prises par le collège producteurs et in fine par le Cniel dans le dos des OP ; or ce n’est pas faute pour France OP Lait et nombre d’OP d’avoir tenté une démarche de co-construction. Mais en plus, la vérité est qu’il n’y a pas de représentation des OP au Cniel. »

« C’est bien un représentant du collège producteurs, en l’occurrence Yohann Barbe, élu FNPL, qui a été désigné par son syndicat comme ayant la charge du dossier OP. Deux présidents d’OP, respectivement désignés par la FNPL et par la Confédération paysanne, sont désormais invités sans droit de vote à l’assemblée générale du Cniel. C’est pire qu’un strapontin ! France OP Lait dénonce une représentation usurpée des OP pour tenter de conforter une représentativité mal assise du collège producteurs ! »

Manque de « transparence »

« Pour France OP Lait, la crédibilité du Cniel est aujourd’hui gravement entamée. Les OP ne veulent pas de petits fours une fois par an, mais d’une reconnaissance à la hauteur de la place qu’elles ont prise depuis maintenant plus de dix ans dans la filière laitière. Chaque acteur doit être à sa juste place. Les OP sont des acteurs économiques à part entière, non liées à une appartenance syndicale. Elles attendent à cet égard que le Cniel joue son rôle d’éclairage à l’égard de l’ensemble des maillons de la filière. »

« Aujourd’hui, force est de constater que les missions du Cniel s’exercent sans les OP, et même parfois contre celles-ci. Il est en effet indéniable que les industriels bénéficient de connaissances et même de données des producteurs adhérents dont les OP ne disposent toujours pas ; et cela n’est manifestement pas prêt de changer. On est encore très loin du rôle de transparence de la production et des marchés revendiqué par le Cniel (1). La CVO (2) doit-elle continuer à financer une structure qui non seulement ne reconnaît pas le rôle et les missions des OP, mais qui en plus les freine ? La question mérite d’être posée ».

Le réseau France OP lait indique représenter un tiers des OP de la filière, soit 6 000 exploitations produisant plus de 2,7 milliards de litres par an.

BC

(1) France OP lait fait explicitement allusion à l’accord interprofessionnel du 28 septembre 2022 portant création d’une cotisation au bénéfice du Cniel durant les années 2023 à 2025.

(2) Cotisation volontaire obligatoire

A télécharger :

La filière laitière en bref (FranceAgriMer, 27 janvier 2023)

Conjoncture laitière au 24 janvier 2023 (Cniel)

La collecte dans le rouge (FranceAgriMer, 24 janv. 2023)

Lisez également

« 15 000 € pour les bio »

« Sans un soutien fort et direct aux producteurs, l’avenir de l’agriculture biologique est compromis », alerte …