L’alimentation au défi de l’inflation

La déconsommation permet aux Français – à commencer par les jeunes – de maîtriser leurs dépenses alimentaires.

Alors que les négociations commerciales annuelles entre la distribution et l’industrie alimentaire se sont achevées le 1er mars à minuit, et que l’inflation bat son plein, Sofinco (Groupe Crédit Agricole) publie son baromètre de la consommation alimentaire. « Le budget moyen mensuel pour l’alimentation s’établit en février 2023 à 392 euros. Un montant en hausse de seulement 7 euros par rapport à 2017 (date du dernier Sofinscope dédié au budget alimentation) qui s’explique notamment par la baisse de la consommation de produits alimentaires. Selon l’Insee, sur toute l’année 2022, celle-ci a diminué en moyenne de 4,6 %. »

« Pour continuer à bien manger malgré la crise tout en maîtrisant leur budget, les Français rationnalisent leur manière de faire leurs courses alimentaires en usant de stratégies. 76 % d’entre eux déclarent dresser systématiquement une liste de courses avant de se rendre en magasin, afin de limiter les ajouts imprévus. La moitié d’entre eux déclare s’astreindre à un budget précis mensuel dédié à leur alimentation (51 %). Et pour mieux suivre le montant de leur panier, 23 % privilégient les courses sur Internet. »

Moins de viande

« Avec des augmentations dépassant les 40 % sur un an, les prix des produits carnés s’envolent. Dès lors, deux tiers des Français disent acheter moins de viande ou de poisson (67 %), soit une évolution de + 12 points depuis 2017. »

« Si ces renoncements rejoignent les aspirations environnementales des Français, d’autres apparaissent plus inquiétants : la part de Français déclarant avoir réduit son nombre de repas par jour, uniquement du fait de l’inflation, atteint les 24 % ; un chiffre qui monte à 39 % parmi les jeunes. »

Plus de discount 

« La chasse aux meilleurs prix est aussi une pratique qui s’ancre dans les habitudes des Français. Pour ne pas rogner sur leurs achats alimentaires plaisirs, la stratégie visant à privilégier les produits en promotion séduit une majorité de consommateurs (84 %). Plus globalement, comparer systématiquement le prix des produits selon les marques s’est normalisé pour la grande majorité des interviewés (84 %, + 5 points depuis 2017). »

« Dans cette logique de recherche des meilleurs prix, un autre bouleversement des pratiques apparait : les magasins alimentaires discount rencontrent un réel succès (49 % déclarent les privilégier). Et pour cause, pour 98 % des Français, le prix des produits est un critère de choix important d’une enseigne alimentaire. Le fait d’avoir une carte de fidélité/un compte client sur lesquels cumuler des points est également un critère de choix primordial, voire déterminant, dans le choix d’une enseigne alimentaire pour 85 % des répondants. »

BC

A télécharger :

Les prix alimentaires en hausse de 14 % en janvier 2023 (ministère de l’agriculture, 28 février 2023)

Alimentation et inflation (France Stratégie, 22 février 2023)

Lisez également

Salers et Simmental en tête d’affiche

Le Sommet de l’élevage se tiendra du 1er au 4 octobre prochains à Cournon-d’Auvergne.