10 OP en désaccord avec Lactalis

Le groupe laitier et une dizaine d’OP (Unell, OPLGO) ne font pas la même lecture du maintien du prix du lait en juillet.

« Malgré le mur de l’inflation et l’insuffisante prise en compte de l’explosion des coûts par certains distributeurs, Lactalis France maintient le prix du lait payé aux producteurs entre juin et juillet, soit une augmentation de 25,7 % en un an », annonce le groupe lavallois dans un communiqué du 5 juillet. « Lactalis France fait le choix de soutenir la filière laitière et entend continuer à soutenir la ferme France quand d’autres acteurs laitiers se tournent vers des matières premières alternatives. Ces dernières années, l’entreprise a pleinement joué son rôle. Engagée dans Egalim 1&2, Lactalis a porté ses efforts sur la nécessaire valorisation du prix du lait payé aux producteurs partenaires et a contribué en toute transparence à son essor positif. »

« Faisant suite à plusieurs années de hausse, le prix du lait Lactalis France continue à progresser de 21 % sur les neuf derniers mois, ceci malgré des coûts d’inflation considérables pour l’entreprise. Ces efforts nous placent comme l’acteur proposant le prix du lait payé aux producteurs partenaires le plus élevé, au-delà même de ce que proposent les acteurs du lait équitable. Ils contribuent à une évolution positive de la marge des producteurs (indice MILC avril 2022, source Cniel). La proposition de Lactalis France pour juillet s’établit à 443,54 €/1000 l en 41/33 pour nos principales organisations de producteurs, soit une progression de 87,5 €/1000 l comparativement à juillet 2021 et une évolution significative de + 25,7 %. »

« Le contexte inflationniste inédit se maintient et rend difficile toutes projections optimistes. Lactalis insiste depuis plusieurs mois sur la nécessité d’une réelle prise en compte de cette inflation dans les négociations avec les distributeurs. Aujourd’hui, le constat est posé. Les hausses de prix concédées par les clients distributeurs ne seront pas suffisantes pour couvrir les 18 % d’inflation subie par l’entreprise. Jusque-là, Lactalis a absorbé seul les coûts d’inflation (coûts matière et de transformation) et a restitué aux producteurs partenaires les hausses obtenues lors des négociations. Alors que le dernier volet des négociations se poursuit, l’inflation des coûts industriels n’est toujours pas suffisamment prise en compte, ce qui menace la pérennité de la filière française dans son ensemble, donc notre souveraineté alimentaire. Le groupe Lactalis est favorable aux démarches de transparence mais souhaite rester vigilant à ce qu’elles ne retardent pas la nécessaire prise en compte des coûts d’inflation. »

« Lactalis reste attaché à continuer les discussions avec les Organisations de producteurs partenaires, et, parallèlement, poursuivra avec volontarisme les négociations avec les distributeurs sous l’égide du comité de suivi présidé par le ministre de l’agriculture », conclut le communiqué.

« Lactalis ne doit pas rester attentiste » (Unell, OPLGO)

« L’association d’OP Unell (1) et l’OPLGO (2) sont en net désaccord avec le groupe Lactalis sur la fixation du prix du lait du mois de juillet 2022 », indiquent-elles dans un communiqué du 7 juillet. « Malgré l’insistance des OP et de nombreuses propositions argumentées de leur part, Lactalis maintient sur juillet le niveau de prix des deux mois précédents. La reconduction du prix de mai-juin sur juillet n’a aucune cohérence économique au regard de l’évolution des marchés du lait et des produits laitiers. En effet, les indicateurs sont au vert et auraient dû mener à une hausse significative du prix du lait :

– La valorisation beurre-poudre et le prix allemand continuent de progresser.

– Les négociations commerciales de cet hiver avec la grande distribution ont permis d’obtenir des hausses certaines aux titres du prix du lait au producteurs. La part des produits de grande consommation France de notre prix du lait doit donc poursuivre sa revalorisation. »

« Notons également qu’en Europe, les prix du lait continuent de progresser de manière significative. Dans ce cas, pourquoi Lactalis refuse-t-il une évolution positive du prix du lait ? A contrario, certaines laiteries de dimension nationale ont eu une attitude responsable, et ont fait évoluer leur prix du lait à la hausse en juillet, suivant ainsi la dynamique positive des marchés. »

« Le groupe Lactalis ne doit pas rester attentiste. L’entreprise doit assumer son rôle de leader en respectant ses producteurs et ses engagements contractuels. Par ailleurs, nous avons accompagné Lactalis dans les négociations commerciales de cet hiver. Nous attendons que Lactalis honore ses engagements sur le bon retour aux producteurs des hausses obtenues. »

L’Unell et l’OPLGO indiquent représenter 5 350 exploitations laitières réparties sur toute la France, et près de 3 milliards de litres de lait par an contractualisés avec Lactalis.

BC

(1) L’Union nationale d’éleveurs livreurs Lactalis (Unell) est formée de 9 OP : AP3LMC, APLBL, APL Rodez, APLLAGE, APLSE, OP de Cuincy, OPNC, Solaisud, UPLBP.

(2) Organisation de producteurs de lait Grand Ouest

A télécharger :

Conjoncture laitière au 22 juillet 2022 (Cniel, 26 juillet 2022)

Les prix du lait dans l’UE (Commission européenne, 6 juil. 2022, en anglais)

Tableau de bord européen des produits laitiers (Commission européenne, 6 juil. 2022, en anglais)

Prix de compensation du coût de l’aliment (ministère de l’agriculture, 5 juil. 2022)

Lisez également

Les prix agricoles ralentissent

Les prix du lait et de la viande bovine, au plus haut depuis le début …