Le lait bio joue gros

L’interprofession envisage un nouveau repli de la production cette année.

La collecte française de lait bio est retombée à 1,235 milliard de litres (Mdl) en 2023 (- 4,5 % sur un an) et pourrait à nouveau reculer de 5 % cette année pour repasser sous 1,2 Mdl, a laissé entendre Corentin Puvilland, économiste au Cniel, le 23 février lors d’une visioconférence de la Chambre d’agriculture d’Alsace. Il craint que les nombreuses conversions enregistrées en 2019 et 2020 ne génèrent une « accélération des cessations dans les prochains mois ». Le nombre de points de collecte de lait bio est passé de 4 300 à 4 050 (- 4,6 %) entre décembre 2022 et décembre 2023. Parmi les 250 qui manquent à l’appel, la moitié d’entre eux a cessé son activité agricole (retraite) ou laitière, l’autre moitié étant repassée au conventionnel.

Corentin Puvilland évoque « une crise à prédominance conjoncturelle, malgré l’existence de facteurs structurels. L’accélération de la déconsommation de produits bio coïncide parfaitement avec les prémices de l’inflation fin 2021, et avec son explosion à la suite de la guerre en Ukraine en 2022. » Résultat : « un décalage croissant entre collecte et débouchés » qui pourrait être en partie comblé si la loi Egalim était respectée dans la restauration collective (la loi y prévoit 20 % de bio au lieu des 8 % constatés en 2022). Entre 2019 et 2023, les ventes de produits laitiers bio ont diminué de 23 % (revenant à leur niveau de 2017) quand elles progressaient de 1 % en conventionnel.

L’écart moyen entre les prix des laits bio et conventionnel (38/32) est passé de 135 €/1000 l en 2020 à 48 €/1000 l en 2023. Mais si l’on considère le seul mois de décembre 2023, le prix du lait bio s’affiche à la hausse sur un an, contrairement au lait conventionnel. Une lumière au bout du tunnel, alors que s’amorce un assagissement relatif de l’inflation alimentaire ? Celle-ci s’est établie à + 3,6 % sur un an en février 2024, après + 5,7 % en janvier 2024, selon l’Insee. Sur deux ans (fév. 2024 vs fév. 2022), l’inflation alimentaire avoisine 19 %, à comparer à un indice général de prix en hausse d’un peu plus de 9 % sur la période.

BC

Lisez également

Un observatoire national de la pousse

350 fermes de référence vont « fiabiliser » l’indice satellitaire utilisé pour l’assurance prairies.