Le lait européen franchit les 500 €/t

Les prix du lait continuent à progresser partout en Europe, en dépit d’un tassement des cours des produits laitiers industriels, moins marqué pour le beurre que pour la poudre écrémée.

En juillet, le prix du lait dans l’UE a atteint un « nouveau niveau record », selon l’Observatoire européen du secteur laitier (MMO) : 503 €/t, soit + 40 % par rapport à juillet 2021, rapporte le Cniel dans sa note de conjoncture au 24 août 2022. « Malgré le léger tassement de prix de certains produits laitiers, le prix du lait poursuit sa progression sur des niveaux records. La hausse du prix payé au producteur dépasse les 46 % sur un an en Allemagne (en juin) et s’approche des 45 % en Irlande et aux Pays-Bas (en mai). Les prix continuent donc leur progression partout en Europe. » En France, il aurait atteint 438,4 €/t en juin (+20% sur un an) et 455,9 €/t en juillet (+22%).

« En juin 2022, la collecte de l’UE27 tend à se stabiliser (-0,4% par rapport à juin 2021) et affiche une baisse de 0,7% sur le 1er semestre 2021 », selon le Cniel. « La collecte allemande se stabilise en juin tandis que la collecte des Pays-Bas progresse de 1,5%, l’augmentation des prix du lait semblant stimuler la production. En revanche, la collecte française est toujours orientée à la baisse (-1,4% en juin), de même qu’en Espagne (-2,4% en juin). La collecte irlandaise est en repli pour le 4e mois consécutif, avec un taux de réforme qui augmente fortement par rapport à 2021. Après une stabilisation sur le mois de mai, la collecte polonaise est à nouveau en croissance sur le mois de juin (+1,2%). »

Les Pays de la Loire dans le vert

« La collecte française a poursuivi le repli entamé au 4e trimestre 2021, en enregistrant en juin son 10e mois consécutif de recul (-1,4%). Sur les six premiers mois de 2022, le repli se chiffre également à 1,4% par rapport à 2021. Seule la région Pays de la Loire affiche une hausse de collecte sur cette période (+1,1%) », note le Cniel.

Toujours en France, « les cours des poudres de lait écrémé et de lactosérum fléchissent très fortement, après avoir atteint des sommets en avril. Celui de la poudre de lait écrémé a perdu 600 €/t en deux mois pour se rapprocher des 3 500 €/t, son niveau préalable au conflit en Ukraine. Le cours de la poudre de lactosérum a chuté de 400 €/t entre début juillet et mi-août, à 930 €/t, pour retrouver son niveau de l’an dernier à la même époque. Au contraire, la cotation de la poudre grasse a rebondi début août pour retrouver les 5 000 €/t, à seulement 200 €/t de son pic atteint mi-mai. De même, le cours du beurre (calcul Cniel) se maintient au-dessus des 7 000 €/t (+75% par rapport à 2021), pallier qu’il avait franchi fin juin. »

BC

A télécharger :

Tableau de bord européen des produits laitiers (DG Agri, 7 sept. 2022)

Tableau de bord européen des produits laitiers (DG Agri, 31 août 2022)

Les prix agricoles en hausse de 25% sur un an (ministère de l’agriculture, 31 août 2022)

Note de conjoncture lait de vache (FranceAgriMer, 29 août 2022)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 26 août 2022)

Tableau de bord mensuel des indicateurs du Cniel (25 août 2022)

Tableau de bord européen des produits laitiers (DG Agri, 24 août 2022)

Tableau de bord hebdomadaire des produits laitiers (FranceAgriMer, 23 août 2022)

Enquête mensuelle sur le lait bio (FranceAgriMer, 9 août 2022)

Les prix du lait dans l’UE (Commission européenne, 5 août 2022)

Lisez également

Bio : « La distribution aggrave la crise »

La FNSEA dénonce un écart croissant entre les prix à la production et en magasin. …