Dernières nouvelles

« Montrer la réalité de nos élevages »

Au-delà d’un prix du lait revalorisé, la démarche Les éleveurs vous disent Merci ! permet de (re) tisser des liens avec le consommateur et la filière. Elodie Ricordel, présidente de l’OP de la Laiterie de Saint-Père-en-Retz (Loire-Atlantique), revient sur une aventure engagée en 2018.

Les démarches citoyennes de différenciation du lait se sont multipliées ces dernières années : FaireFrance dès 2012, Max Havelaar tout récemment… Le temps de la banalisation n’est-il pas arrivé ?

Les volumes de lait écoulés à travers les produits laitiers Merci ! ont rapidement progressé depuis trois ans : 19 millions de litres en 2018, 26 millions en 2019, 30 millions en 2020. Si les ventes de lait de consommation semblent s’être stabilisées depuis le début de l’année, en revanche la crème et le beurre continuent à progresser. C’est désormais 20 % du volume livré par les adhérents de l’OP à la laiterie qui est payée 440 €/1000 l au producteur. Et puis, il y a aussi tout ce qui ne se voit pas immédiatement : l’entrée dans la démarche de la totalité des 263 producteurs de lait conventionnel de la Laiterie Saint-Père (1), le passage progressif à une alimentation des vaches sans OGM et la valorisation des pratiques de pâturage (2). Cela pourra être mentionné sur les briques de lait et les autres produits Merci ! quand les collectes seront parfaitement séparées, à l’automne prochain. J’ajoute encore une chose : la laiterie Saint-Père appartient au groupe Agromousquetaires (3) et pourtant nous ne nous connaissions pas. La démarche Merci ! a permis de mettre du lien entre nous. Chacun a appris de l’autre, de son métier, dans l’échange et le dialogue, et c’est très utile au quotidien !

Quel a été le montant de la prime Merci ! en 2020 ?

Plus de 1,8 million d’euros a été reversé aux producteurs de lait. C’est 10 €/1000 l de plus. Pour une exploitation comme la nôtre (4 actifs pour 1,5 million de litres de lait livrés), ce sont 15 000 € supplémentaires. La première année, cela nous a permis de payer certaines factures. Par la suite, nous avons pu acheter des brumisateurs et des brosses pour le bien-être des vaches, ou faire appel au service de remplacement pour prendre quelques jours de repos. Cette année, la prime sera particulièrement bienvenue pour faire face à l’envolée des charges, notamment celle des aliments protéinés.

Avez-vous de nouveaux projets pour 2021 ?

Depuis le mois de mai, j’ai entrepris, avec d’autres éleveurs, un « Merci ! Tour » à travers la France. Nous nous relayons pour présenter la démarche dans 40 à 50 magasins dans huit régions. Les clients peuvent vérifier que, derrière les photos sur les packagings, ce sont de vrais producteurs de lait ou de viande. Ces contacts prennent du temps mais ils constituent un très bon outil pédagogique pour rapprocher le consommateur de l’agriculteur. Nous envisageons également des visites en 3D sur internet, toujours dans le même but : montrer la réalité de nos exploitations.

Propos recueillis par Benoît Contour

(1) Les 45 producteurs de lait bio de la Laiterie Saint-Père (groupe Agromousquetaires) sont adhérents de l’OP Seine-Loire.

(2) Deux primes d’un montant respectif de 15 €/1000 l et 6 €/1000 l ont fait l’objet d’un accord tripartite.

(3) Enseignes Intermarché et Netto

 

Lisez également

Méthanisation : une évidence agronomique

« C’est l’agronomie qui m’a poussé vers la méthanisation », souligne Julien Delleville, méthaniseur dans l’Allier. Depuis la mise en route de son unité, il économise 35 % de glyphosate sur son exploitation. Retour sur cette démarche présentée lors d’une conférence au Sommet de l’élevage.